La Belgique, deuxième paradis fiscal préféré du CAC40, derrière les Pays-Bas

La Belgique, deuxième paradis fiscal préféré du CAC40, derrière les Pays-Bas
Photo News

La Belgique est le deuxième paradis fiscal préféré des entreprises du CAC40, ressort-il jeudi de l’Observatoire des multinationales de l’association française Alter-médias. Les sociétés cotées à l’indice vedette de la Bourse de Paris n’y comptent pas moins de 388 filiales.

Dans le sixième chapitre de son rapport consacré au « véritable bilan annuel » du CAC40, l’Observatoire se penche sur les relations qu’entretiennent les sociétés cotées à l’indice parisien avec le monde.

Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Suisse…

Il constate notamment que 15 % des filiales des entreprises du « CAC » sont basées dans des pays et des territoires considérés comme des paradis fiscaux et judiciaires. La Belgique arrive en deuxième position de ce classement, derrière les Pays-Bas (552 filiales), mais devant le Luxembourg (312) et la Suisse (216).

Convenance fiscale ou juridique

L’Observatoire classe cependant la Belgique, tout comme les Pays-Bas, dans la liste des pays où des filiales « peuvent être implantées pour des activités industrielles ou commerciales tout à fait légitimes, sans rapport avec l’optimisation fiscale ». Cependant, leur place dans le peloton de tête suggère que beaucoup y sont présentes « pour des raisons de convenance fiscale ou juridique », relève-t-on.

Au sein du CAC40, le « champion » des paradis fiscaux, avec plus d’un quart de ses filiales basées dans ces territoires, est le groupe de Bernard Arnault LVMH, première capitalisation boursière de l’indice. L’homme d’affaires, considéré comme la personne la plus riche d’Europe et qui avait un temps essayé d’acquérir la nationalité belge, a basé à Bruxelles des sociétés qui détiennent plus de 80 % de son entreprise familiale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous