Espagne, Grèce, Brésil, France, Suisse: les cinq matches-clés de Roberto Martinez à la tête des Diables rouges (vidéos)

Photo News
Photo News

Belgique-Espagne 0-2 (01/09/2016)

Pour sa première rencontre à la tête des Diables, Roberto Martinez opte pour la continuité, avec un système classique (4-5-1), Origi en pointe à la place de Lukaku, Batshuayi et Benteke, tous trois sur le banc. À l’époque, le coach national voyant encore l’ex-Lillois comme un avant-centre. L’idée était de prendre en contre une équipe espagnole bien plus rodée tactiquement, et d’observer surtout ce que sa nouvelle équipe pouvait lui proposer dans ce schéma. Ces nonante minutes et cette défaite lui ont rapidement fait comprendre que la Belgique ne pouvait pas grandir dans cette philosophie, ce qui l’a poussé à modifier son système de jeu dès la rencontre suivante, à Chypre.

Grèce – Belgique 1-2 (03/09/2017)

Malgré le contexte du match, l’enjeu de la qualification pour le Mondial sur le terrain de son dauphin dans le groupe H, Roberto Martinez maintient son schéma de jeu. Contre vents et marées, la Grèce touchant notamment le poteau et égalisant à vingt minutes du terme, le Catalan reste serein bien qu’il soit privé de Witsel, Kompany et Hazard. Cette victoire au forceps, célébrée comme il se doit par les joueurs, a renforcé le groupe et convaincu un peu plus les sceptiques autour du sélectionneur national.

Brésil – Belgique 1-2 (06/07/2018)

Si cette victoire de prestige restera à jamais dans les mémoires, il ne faudra pas oublier qu’elle porte aussi la marque de Roberto Martinez. En laissant en place son 3-4-3 avec quelques ajustements, le Catalan a frappé fort sur le plan tactique. De Bruyne en pointe, avec un rôle d’électron libre, Lukaku à droite pour bloquer les montées de Marcelo, et un double marquage constant sur Neymar. Hazard et Courtois dans la forme de leur vie, et au final, un succès historique pour notre équipe nationale.

France – Belgique 1-0 (10/07/2018)

Privé de Thomas Meunier, suspendu, Roberto Martinez tente un nouveau coup en titularisant Mousa Dembélé, censé fait le job sur le flanc gauche tout en venant renforcer le milieu de terrain aux côtés de Fellaini et Witsel. La prestation manquée de l’ex-joueur de Tottenham plombera malheureusement cet entrejeu, dominé par le trio Pogba-Kanté-Matuidi. La France de Didier Deschamps s’impose dans la bataille tactique face à une Belgique qui avait déjà dévoilé ses cartes au tour précédent.

Suisse – Belgique 5-2 (18/11/2018)

Alors que la troisième place au Mondial restera comme son plus bel accomplissement à la tête des Diables, et ce malgré l’élimination en demi-finale, ce déplacement à Lucerne est véritablement la tâche la plus vilaine sur son CV. Sans véritable attaquant disponible (Mertens en pointe), Roberto Martinez peut compter sur un simple partage, voir une courte défaite, pour terminer en tête de son groupe en Nations League. Malgré le doublé de Thorgan Hazard, les Diables s’écroulent. Alors qu’il semblait motivé par les perspectives d’une victoire dans cette nouvelle compétition, le sélectionneur n’a pas réussi à transmettre le message à ses joueurs. Un échec pour lui en termes de management.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous