PHOTONEWS_10930165-233.JPG
10930203-089
@AFP
Pessina a inscrit l’unique but du match. @News
@AFP
PHOTONEWS_10929325-310
Thorgan aux soins.
@Belga
PHOTONEWS_10927685-074
AFP
E4Viz2OWEAM9PSE
Photonews
PHOTONEWS_10930062-062
David Alaba veut fêter ses 29 ans à l’Euro. @EPA
Photonews
@AFP
Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10930447-220

    Euro 2020: les Croates ennuient les Diables rouges pour les huitièmes

  2. Le match Allemagne-Hongrie tourne à l’affrontement politique.

    Le match Allemagne-Hongrie en pleine polémique: l’UEFA interdit l’Allianz Arena aux couleurs de l’arc-en-ciel

  3. Durant la crise sanitaire, Amazon et ses entrepôts français ont augmenté leur chiffre d’affaires de 22,8% en Belgique.

    Comeos appelle à mettre le turbo sur l’e-commerce

La chronique
  • «Lettre de la City»: le temple d’un sexisme inégalé

    Par Marc Roche

    Marc Roche

    Pas facile d’être une femme dans la City, ce monde à part où la suprématie masculine continue de s’exercer avec une rigueur et un dédain inégalés. Les salles de marché sont restées le temple d’un sexisme enraciné – harcèlement, agissements machistes, commentaires dégradants… – alors que l’ode officielle à la diversité, à la parité et à l’inclusion est bombardée sur tous les écrans à grands jets de chromos.

    Un rapport explosif intitulé « Women in Banking » (les femmes dans la banque) réalisé par la London School of Economics a provoqué une déflagration en mettant en exergue les discriminations auxquelles sont confrontées les femmes de la part de managers masculins qualifiés de « médiocres ».

    « Malgré les progrès réalisés, on est encore très loin de l’égalité sexuelle. Les discriminations sont devenues plus subtiles et plus difficiles à combattre dans un environnement misogyne qui a peu évolué ». A lire le document brûlot, les processus de promotion favorisent la gent masculine. En outre, autre chiffre éloquent...

    Lire la suite

  • Quand la Hongrie a voulu persécuter les homos, qu’avons-nous dit?

    D’abord ils sont venus chercher les socialistes, puis les syndicalistes, puis les Juifs, et je n’ai rien dit, parce que je n’étais pas socialiste, syndicaliste, juif. » Dans ce poème, le pasteur Martin Niemöller dénonçait la lâcheté des intellectuels allemands lors de l’accession des nazis au pouvoir et des purges qui ont visé leurs ennemis, un groupe après l’autre. Il pourrait s’appliquer mutatis mutandis, à ce qui se passe en Hongrie.

    Ce pays, membre de l’Union européenne, a adopté le...

    Lire la suite