Tielemans avant de défier l’Angleterre: «Je ne veux pas me faire charrier quand je rentre»

Youri Tielemans
Youri Tielemans - Photo News

Dimanche à Louvain, le duel entre les Diables rouges et l’Angleterre aura des airs de revanche pour la Belgique, battue par les Anglais lors du match aller et bien décidée à laver cet affront. « Quand on perd, on veut rectifier le coup. Il faut repenser à la première période en Angleterre où l’on contrôlait complètement la rencontre. On devra continuer sur cette lancée et ne pas faire comme on avait fait en deuxième mi-temps », a déclaré Youri Tielemans en conférence de presse vendredi après-midi.

« Ce sera un match particulier pour moi », reconnaît-il. « Je n’ai pas envie de me faire charrier quand je rentre (rires). Mais on a surtout envie de se racheter et de décrocher cette qualification pour le final 4. Les deux équipes veulent absolument gagner, cela va donner un match très engagé. »

Et d’ajouter sur les semaines qui ont précédé ce match. « On parle beaucoup de notre équipe nationale à l’étranger. Ils nous regardent avec un air très positif et on est très bien vus de l’extérieur. On est vraiment un groupe d’amis aussi et ça frappe les autres joueurs. »

Monté à la mi-temps face à la Suisse, Tielemans a véritablement donné un coup de boost à ses jeunes équipiers pour permettre à la Belgique de finalement s’imposer 2-1. À seulement 23 ans, le médian de Leicester s’est comporté comme un véritable vétéran. « Je ne me sens pas encore un ancien mais c’est clair que j’ai eu le temps d’évoluer positivement dans ce groupe, que ce soit en tant que joueur mais aussi en tant qu’homme. J’ai l’impression d’en faire pleinement partie (du groupe) aujourd’hui. Le rôle du coach a été très important pour moi dans ma progression. Il donne beaucoup de confiance aux jeunes », a souri Tielemans qui se réjouit justement de voir de plus en plus de jeunes dans le giron de l’équipe nationale. « C’est vraiment chouette. On voit que la formation a très bien fonctionné en Belgique ces dernières années. De notre côté, on va essayer de les accueillir au mieux et de les aider à prester de la meilleure manière. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Dans les années 80, Maradona faisait les beaux jours de Naples, Platini de la Juventus.

    Par Emanuela Audisio

    Football international

    Michel Platini: «Pour les jeunes, personne n’arrive à la cheville de Diego Maradona»

  • iPiccy-collage

    Par A.C. avec J.B., D.S., G.R. et X.T.

    Standard

    Deux gardiens fiables, de l’instabilité dans le milieu,... Voici notre grande comparaison de chaque ligne de jeu avant Anderlecht-Standard

  • 2513891

    Par Cédric Martin (avec Fr.L.)

    Charleroi

    Defays, de futur Mazzù à éternel T2 de Charleroi?

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous