Accueil Culture Scènes

«To be a machine», spectacle robo(t)ratif: quand la pandémie nous transforme en spectateur bionique

« Uploader » un film de soi pour interagir en direct avec une pièce diffusée en live streaming et jouée par un acteur de Game of Thrones. Cette expérience sur le transhumanisme s’avère d’autant plus parlante que le Covid nous a rendus esclave des machines pour continuer d’exister.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Il y a quelques mois encore, le concept de transhumanisme nous apparaissait comme un délire lointain, un fantasme de geeks qui auraient fumé la moquette de leur cave à cyborgs, une lubie de milliardaires californiens aveuglés par leur hubris. Puis vint le covid. Notre propre corps, réduit à ses risques infectieux, est devenu un obstacle à la vie. Alors que les bureaux, les écoles, les commerces ou les théâtres fermaient, nous nous sommes résolus à ne plus nous voir, ne plus nous toucher. De réunions de travail sur Zoom en cours d’unif par visioconférence, les machines, peu à peu, sont devenues un prolongement de nous-mêmes pour nous permettre de continuer d’exister, de garder le contact avec le monde.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs