Accueil Économie Entreprises

Baromètre de la relance: la bombe à retardement des faillites menace la reprise en 2021

Le bureau d’information économique Graydon s’attend à 50.000 faillites supplémentaires après l’expiration du moratoire et des mesures de soutien. Des solutions sont nécessaires pour assurer la continuité des entreprises et leur recapitalisation.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Malgré la mise à l’arrêt d’une bonne partie de l’activité économique au printemps, lors du premier confinement – qui s’est traduite par un effondrement des rentrées financières des entreprises (du cash-flow, comme disent les comptables) – il n’y a pas eu d’explosion du nombre de faillites ou des « crédits pourris » dans les bilans des banques.

Au contraire, sur les dix premiers mois de l’année, les tribunaux ont prononcé 30 % de faillites en moins qu’en 2019. Et, jusqu’ici, le pourcentage de prêts à problèmes (ou non-performing loans, dans le jargon bancaire) est resté stable et bas, aux alentours de 2 % du total de l’encours.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Staquet Jean-marie, samedi 14 novembre 2020, 11:28

    Tout ceci ne prend même pas en compte un élément beaucoup plus difficile à évaluer: la propension à investir, pourtant déjà très basse dans la population belge. Qui va risquer ses deniers personnels après avoir vu d'autres être fermés de force du jour au lendemain sans avoir commis la moindre erreur de gestion? Genre: on vous ferme du jour au lendemain, puis on vous dit "si tu mets des plexiglas, limites les entrées, etc. tu peux rouvrir..." le gars ressort de l'argent, il fait tout ça... et puis du jour au lendemain, on lui dit de refermer du jour à nouveau. Tout ça même lire dans le journal qu'il est coresponsable de l'épidémie et même une ordure de banquier qui déclare que c'est pas si grave et que les indépendants en ont profité pour s'en mettre plein les poches. La Belgique est malheureusement un pays de fonctionnaires, de rentiers et d'assistés. Et ça la perdra.

  • Posté par Staquet Jean-marie, samedi 14 novembre 2020, 11:30

    *refermer à nouveau...

  • Posté par Am Zis, samedi 14 novembre 2020, 10:47

    Aah, on s’est enfin rendu compte des effets pervers de cette dictature sanitaire qui connaît un seul remède medieval: confiner, reconfiner et re-re-re-....-re-confiner ad vitam aeternam.

  • Posté par Staquet Jean-marie, samedi 14 novembre 2020, 10:34

    Alors, les négationnistes, ils sont où? Ah oui ils prennent leur bain de cortisol en commentant le décombre macabre quotidien en tête de manchette. On verra leurs commentaires et leur esprit de solidarité quand on puisera de force sur leurs comptes épargne et retraite un samedi soir. Et comme disait le père du « complotisme », « never waste a good crisis ». Ca fait des années qu’on ne sait pas comment expliquer aux fonctionnaires statutaires que leur belle et plantureuse pension, on va la ramener au même niveau que celle des autres. On a l’explication maintenant.

  • Posté par LAFONTAINE Michael, mardi 17 novembre 2020, 13:11

    Je suis fonctionnaire statutaire et je ne considérerais pas anormal qu'un rééquilibre s'effectue au niveau de ma pension future par rapport à celle des autres. J'ai par contre beaucoup de mal à faire le lien entre la fin ciblée de votre propos et le contenu de cet article. Nous sommes dans un pays où les lois ont permis en 2018, à quelques 500 entreprises, de déclarer en charges 172 milliards à l'attention d'entité situées dans des paradis fiscaux. Il est pratiquement impossible pour les contrôleurs fiscaux belges de vérifier la teneur de ces charges pour éventuellement les recaler. C'est ce genre de mécanisme qui nous fait souvent apparaitre en tête de certains classements de paradis fiscaux (pas pour tous, vous l'aurez compris). Avant de stigmatiser une "classe", n'y a-t-il pas là matière à réflexion en terme de justice fiscale? Je vous pose la question.

Plus de commentaires

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs