Accueil Société

Vinciane Despret, philosophe des Sciences: «Il faut retrouver de la curiosité à l’égard des autres formes de vie»

Vinciane Despret, philosophe des Sciences et professeure à l’Université de Liège, était l’invitée du Grand Oral RTBF/Le Soir ce samedi 14 novembre 2020 à 9h10 sur La Première. Elle approfondit les rapports entre l’homme et les animaux, et plus globalement, le regard qu’on porte à toutes les formes de vie, y compris les virus.

Entretien - Temps de lecture: 3 min

Dans son dernier ouvrage « Habiter en Oiseau », Vinciane Despret utilise des termes comme « dialogue », « personne » pour parler des oiseaux, alors que c’est un vocabulaire qu’on réserve traditionnellement à l’humain. Dans quelle mesure la démarche risque-t-elle de diminuer ce qu’est l’humanité ? « Si ça la diminue, c’est dommage. Ça voudrait dire que l’Humanité n’attribue sa grandeur qu’à la condition de se différencier des animaux, ce qui est quand même une stratégie assez pauvre. Je ne parlerai jamais des humains en général. On est majoritaires parce qu’on est écrasants et dominateurs et parce que notre impérialisme nous a fait bénéficier de forces inouïes pour imposer notre façon de vivre et de penser. Avec pour résultat que ce qu’on appelle la « civilisation » – bien qu’on soit extrêmement barbares –, a mené à une séparation telle que seuls les scientifiques sont capables aujourd’hui de nous rendre des intérêts et des passions pour les animaux, de nous rendre à nouveau curieux à l’égard d’autres formes de vie. Et les gens sont de plus en plus curieux, attentifs, ils ont envie de savoir. »

Ceux qui doutent de l’écologie sont des vieux cons

« Il y a quelque chose qui est encourageant aujourd’hui : s’il y a 20 ans, on se retrouvait face à un climato-sceptique, un type qui disait que ça finirait bien par s’arranger, ou qui vous faisait des propositions comme aller sur Mars pour sauver le monde… Eh bien à l’époque, vous n’aviez pas la certitude d’avoir des alliés pour vous soutenir. Aujourd’hui, ça a basculé, et on sait en plus que ce monsieur est un vieux con, ou alors c’est quelqu’un d’extrêmement intéressé, avec des avantages personnels ou coopératistes. »

On n’éradiquera pas le coronavirus, il faut apprendre à vivre avec

A l’heure où le monde entier a les yeux rivés sur les laboratoires qui développent de potentiels futurs vaccins contre le nouveau coronavirus, la question se pose à cette philosophe de Sciences : est-ce un Graal pour nous débarrasser du virus ? « Je ne suis pas sûre que ce soit une véritable agression à l’égard du virus. Ce qu’on va faire, c’est l’empêcher de mener son petit train-train routinier. Mais, au moins, on sort enfin de la pensée de l’éradication, pour choisir de s’en protéger. L’idée de l’éradication me semblait être le gros problème dans les discours que j’entendais, comme celui du président Macron qui annonçait une guerre contre le virus. C’est une rhétorique de mobilisation qui oblige à faire taire tous ceux qui ne seraient pas d’accord. Et puis c’est une façon de faire qui m’épuise, qui est de présupposer que la seule réponse qu’on trouve face à ce problème, c’est son éradication. Alors qu’il y a quantité d’autres réponses possibles. Nous sommes appelés à des exercices de diplomatie avec le virus. Des exercices de composition : il va falloir faire avec. Il a sa propre puissance, il a sa propre force et on n’arrivera pas à l’éradiquer, ce n’est pas la peine d’essayer. C’est une méthode qui n’a aucune garantie. Alors qu’essayer de vivre avec ce virus, c’est trouver une réponse qui permettra à des gens de se protéger. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Naeije Robert, samedi 14 novembre 2020, 16:10

    "Ceux qui doutent de l’écologie sont des vieux cons". J'en suis un et je le revendique. A l'intention de M Radoux et Mme Petitjean, je me situe dans la même ligne de pensée que Luc Ferry, un autre de ces "vieux cons". Lisez son livre Le Nouvel Ordre Ecologique, vous comprendrez mieux la mouvance trouble dont émane Mme Despret.

  • Posté par Christian Radoux, samedi 14 novembre 2020, 17:40

    Qu´il y ait des ayatollah verts, je n'en disconviens pas. Que beaucoup "d'écologistes" autoproclamés soient en fait ignares et même obscurantistes, je l'ai souvent dit moi-même. Comme j'affirme également que beaucoup de "philosophes" tout aussi autoproclamés sont - quel que soit leur bord - des idéologues présentant leurs *opinions* comme autant de théorèmes. Quand un "philosophe dit "donc", il y a souvent, pour le dire vulgairement, de quoi se marrer. Pour suivre depuis longtemps le (beau) travail de Vinciane Despret, je ne pense vraiment pas qu'elle soit "suiveuse" d'une quelconque mouvance politique. Par ailleurs, je regrette qu'elle ait utilisé l'expression "vieux cons" : elle aurait pu plus sobrement dire que la majorité des opinions a fortement évolué depuis vingt ans. Maintenant, je suppose que vous ne nierez pas que ce que certains ont, à mon avis fort justement, appelé l'anthropocène a des effets aussi larges que désastreux. Et qu'il n'est nul besoin d'être adepte des souvent délirantes ( je vous rejoins sur ce point) et parfois en outre violentes théories "victimaires" pour le constater, aussi scientifiquement que possible. Je pense que vous faites un procès injuste à V. Despret et que vos propres opinions politiques n'y sont pas pour rien.

  • Posté par Naeije Robert, samedi 14 novembre 2020, 11:53

    "Je ne parlerai jamais des humains en général. On est majoritaires parce qu’on est écrasants et dominateurs et parce que notre impérialisme nous a fait bénéficier de forces inouïes pour imposer notre façon de vivre et de penser" Voici que toute l'humanité se trouve accusée de "suprématisme blanc". Ce relativisme postmoderne est à l'origine de mouvements politiques violemment anti-humanistes qui exploitent toute victimisation possible. Le siècle des lumières est bien loin...

  • Posté par Christian Radoux, samedi 14 novembre 2020, 14:22

    À vous suivre, M. Naeige, Darwin serait donc un obscurantiste doctrinaire. Surprenant !...

  • Posté par Petitjean Marie-rose, samedi 14 novembre 2020, 12:44

    Robert, j'aimerais vous comprendre : quels sont ces "mouvements politiques violemment antihumanistes " ? Qu'entendez-vous par "relativisme postmoderne" ? Où voyez-vous une accusation là où on nous propose une prise de conscience ? En quoi celle-ci est-elle en contradiction avec le Siècle des lumières ?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko