Une rentrée en code rouge: tout ce qu’il faut savoir

Une rentrée en code rouge: tout ce qu’il faut savoir

Vendredi Caroline Désir (PS), ministre de l’Education en Fédération Wallonie-Bruxelles était l’invité de Thomas Gadisseux dans la matinale de la Première en radio. Elle a commenté les mesures prises dans les écoles pour faire face à l’épidémie de coronavirus.

La ministre a rappelé que les différentes mesures prises dans l’enseignement, l’ont été sous les conseils des experts sanitaires. « Les experts demandaient de réduire la présence des plus grands, nous avons fixé le cadre », a-t-elle expliqué.

« Chaque école s’organise comme elle le veut »

Caroline Désir a insisté sur l’importance du maintien des cours en présentiel : « Il faut une certaine présence à l’école pour garder le lien (…) réalimenter la relation pédagogoique entre les élèves et leurs professeurs. » La ministre de l’Education a rappelé que les écoles étaient libres de s’organiser comme elles le souhaitaient dans le cadre imposé : « Chaque école s’organise comme elle le veut. Toutes les formules existent et coexistent. » À cet égard, la ministre socialiste a salué les efforts des acteurs de l’enseignement : « Je salue l’engagement des directions qui font du mieux qu’elles peuvent (…) et des enseignants qui se coupent en quatre. »

« Le premier confinement a fait de gros dégâts »

Malheureusement, cette situation inédite creuse un peu plus les inégalités scolaires. « Le premier confinement a fait de gros dégâts », a concédé la ministre. « Cette crise est le miroir grossissant des inégalités de la société », a-t-elle ajouté.

Rappel des mesures générales

Le mot d’ordre est connu depuis fin octobre et n’a pas changé : code « rouge »

Pour les maternelles et primaires, retenons surtout que le drapeau rouge ne changera guère les habitudes de septembre en matière d’enseignement : la classe se donne quasi normalement moyennant quelques modifications dans la vie scolaire.

Dans le secondaire, les modalités du code rouge varient selon les années. Au premier degré, il commande la poursuite d’un enseignement à 100 % en présentiel et l’application des mêmes règles qu’en primaire (le masque est cependant obligatoire pour les élèves). Aux second et troisième degrés, outre le port du masque pour tous, l’hybridation de l’enseignement est la règle : 50 % de présentiel, 50 % de distanciel, selon des modalités choisies par chaque école.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous