Accueil Opinions Éditos

Un deal Brexit, premier possible «effet domino» Biden

Dominic Cummings, le conseiller en chef de Boris Johnson, a quitté le 10 Downing Street. La prochaine arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche n’est peut-être pas étrangère à ce départ, qui pourrait favoriser un deal commercial entre le Royaume-Uni et l’Europe.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

L’élection à la présidence des Etats-Unis de Joe Biden, un « global game changer » comme on dit ? On l’a souvent écrit ces derniers temps, l’éjection de Donald Trump de la Maison-Blanche ne changera pas tout à la politique internationale, en particulier commerciale, américaine mais elle devrait quand même modifier pas mal de cartes. Un premier test pourrait se dérouler dans les semaines, et même les jours qui viennent, via les négociations du Brexit. Ce départ des Britanniques de l’Union européenne est acquis depuis le 31 janvier dernier, mais ses conditions d’application sont négociées depuis des mois entre les responsables britanniques et la Commission. Le temps presse désormais car on « bascule » concrètement le premier janvier 2021 et ce dimanche, les négociateurs britanniques sont arrivés à Bruxelles pour ce qui pourrait être le dernier round avant un sommet de l’Union européenne jeudi.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Esser Olivier, lundi 16 novembre 2020, 12:24

    En lisant souvent la presse britannique, j'ai toujours eu l'impression que la stratégie des Anglais était de faire monter la pression au maximum sous la menace d'un no-deal avant d'accepter un deal de dernière minute, qui minimisera le nombre de concessions qu'ils doivent faire. Il y aura clairement un accord, l'important est surtout ce que celui-ci contiendra.

  • Posté par Albin S. Carré, lundi 16 novembre 2020, 12:01

    Il reste à espérer que la position de l'UE ne mollira pas. Pour le reste, bon vent à l'ex-empire et bien content d'être débarrassé de ce saboteur de l'UE.

  • Posté par Eric Lambot, jeudi 19 novembre 2020, 12:14

    "Posté par Dupont Vincienne, lundi 16 novembre 2020, 23:51 L'U.E. se sabote tout seule." Bien sûr que non ! L'Angleterre n'a accepté d'intégrer l'Europe que pour empêcher toute intégration politique et qu'elle ne soit tout au plus qu'une union douanière. Dommage que Napoléon n'ait pas réussi à régler son compte une bonne fois pour toutes à ces marchands de tapis !

  • Posté par Dupont Vincienne, lundi 16 novembre 2020, 23:51

    L'U.E. se sabote tout seule.

Aussi en Éditos

Piqûre de rappel

L’injection de la troisième dose est enfin au centre de la stratégie et considérée comme l’élément qui va permettre de continuer à vivre quand même un peu normalement.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs