Les créanciers de Neckermann devraient voter sur un plan de réorganisation le 22 décembre

La procédure de réorganisation judiciaire (PRJ) n'est pas le premier choix de l'entreprise, qui avait espéré dans un premier temps bénéficier d'une aide d'État, à l'instar de celle qui a été accordée à Brussels Airlines. Le Fédéral a cependant considéré, selon le CEO de Neckermann Laurent Allardin, que le secteur du voyage n'était pas aussi stratégique que celui du transport. L'entreprise, qui emploie actuellement environ 170 personnes et dont les 62 boutiques sont à l'arrêt - le site internet fonctionne toujours et des membres du personnel répondent par téléphone aux clients -, a dès lors fait le choix d'une demande de PRJ.

La volonté de Neckermann est d'élaborer rapidement un plan qui permettra à la société de subsister, sachant que l'activité restera très faible durant quelques mois encore, le temps que la vaccination permette le retour à une certaine normalité. La demande de PRJ n'est accompagnée d'aucun plan social et l'entreprise veut un vote rapide pour rassurer son personnel. Il est prévu à ce stade que les créanciers se prononcent sur le plan lors d'une audience fixée le 22 décembre. Les responsables estiment qu'il faudra attendre 2023 pour que la société renoue avec le volume d'affaires qu'elle connaissait avant la crise.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Va-t-on construire un Legoland sur l’ancien site de Caterpillar
?

    Charleroi: le site de Caterpillar se cherche un avenir

  • d-20200122-3YF45A 2020-01-22 17:47:41

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Charleroi: une lente remontée pour la Ville Basse

  • 1

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Un appartement rénové à Molenbeek

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous