Coronavirus: l’OMS salue les «nouvelles encourageantes» sur les vaccins mais «l’heure n’est pas à la complaisance»

Coronavirus: l’OMS salue les «nouvelles encourageantes» sur les vaccins mais «l’heure n’est pas à la complaisance»
Reuters

Le chef de l’Organisation mondiale de la santé a salué lundi les « nouvelles encourageantes » sur le front des vaccins contre le Covid-19, mais a souligné que « l’heure n’est pas à la complaisance ».

« C’est un virus dangereux, qui peut attaquer tous les systèmes du corps. Les pays qui laissent le virus circuler librement jouent avec le feu », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, en conférence de presse.

« Nous continuons à recevoir des nouvelles encourageantes sur les vaccins et restons prudemment optimistes quant à la possibilité que de nouveaux outils commencent à arriver dans les prochains mois », a-t-il dit.

L’annonce lundi par la société américaine Moderna d’un vaccin efficace à près de 95 % contre le Covid-19 apporte un nouvel espoir dans le monde où plusieurs pays, notamment en Europe, continuent d’adopter des restrictions face à une épidémie galopante.

Le chef de l’OMS s’est dit « extrêmement préoccupé par l’augmentation du nombre de cas dans certains pays ». « En particulier en Europe et en Amérique, les travailleurs de la santé et les systèmes de santé sont poussés à bout », a-t-il relevé.

« Les travailleurs de la santé en première ligne ont été mis à rude épreuve pendant des mois. Ils sont épuisés. Nous devons faire tout notre possible pour les protéger, surtout pendant cette période où le virus est en pleine expansion et où les patients remplissent les lits d’hôpitaux », a-t-il dit.

La pandémie a repris de plus belle dans de nombreux pays d’Europe, forçant les autorités à prendre de nouvelles mesures pour tenter de la maîtriser et les nouveaux cas explosent littéralement dans de très nombreux Etats des États-Unis.

Le chef de l’OMS a souligné que son agence avait constaté que « les pays qui ont investi dans la recherche de cas, les soins, l’isolement, les enquêtes sur les clusters, le dépistage adéquat avec des résultats rapides, la recherche de contacts et la mise en quarantaine sont confrontés à beaucoup moins de perturbations ».

« Il n’y a aucune excuse à l’inaction. Mon message est très clair : agissez vite, agissez maintenant, agissez de manière décisive », a-t-il martelé, en dénonçant tout « laissez-faire ».

« Le moyen le plus rapide d’ouvrir les économies est de vaincre le virus », a-t-il assuré.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous