Accueil Économie Entreprises

Défendre le rail: OK, dit la CGSP, mais pas sans ses travailleurs

Le plan du nouveau ministre du rail, pourtant porteur de développements plutôt que de restrictions, suscite les critiques de la CGSP Cheminots : en faire plus, avec le même personnel ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Évidemment, l’attribution des missions de service public à la SNCB pour 10 ans est une bonne nouvelle. Tout comme la volonté de définir à long terme les investissements à venir afin de rentrer dans une programmation qui tient compte du rythme du rail (la programmation des travaux et des achats doit être faite très en amont). Augmenter l’offre et la régularité des trains (deux par heure sur toutes les lignes, un toutes les 10 minutes pour l’offre urbaine S), tant côté passagers que marchandises (doublement de la part transportée)… : les intentions du nouveau ministre fédéral de la Mobilité dévoilées dans Le Soir de ce week-end sont globalement très favorables au développement du rail, donc des sociétés qui l’exploitent (SNCB et Infrabel). Pourtant, le syndicat socialiste des cheminots a voulu réagir à l’interview du ministre Georges Gilkinet ainsi qu’à la publication, sur le site de la Chambre, de la note de politique générale qu’il défendra la semaine prochaine devant le Parlement.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs