Accueil Société

Coronavirus: qui vacciner d’abord? Les Belges pensent aux plus fragiles et aux métiers essentiels

Il est évident que, dans un premier temps du moins, il n’y aura pas de vaccin pour tout le monde. Il faudra donc choisir les bénéficiaires. Une étude de l’UCLouvain donne le ton.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 5 min

Alors que les leaders de la course au vaccin sont désormais connus… alors qu’ils pourraient franchir la ligne d’arrivée plus tôt que prévu… se pose désormais une question aux relents tout à la fois éthiques et économiques : qui faut-il vacciner en premier lieu ? Le personnel soignant, les malades chroniques, les personnes âgées, les adolescents, les contaminants, les plus riches, les plus pauvres, les… ? Et qui faut-il vacciner en second lieu ? Ou en troisième ? À moins que l’on ne tire au sort ? Derrière ces interrogations – souvent logiques, parfois poujadistes –, il existe un enjeu essentiel : l’adhésion de la population.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Lombard Fernande, mardi 17 novembre 2020, 13:29

    Je suis retraité depuis 5 ans et mon utilité économique est proche de zéro. Nos élites politiques sont conscientes de ce fait et hésitent à utiliser leurs pouvoirs. Parce que si nous coutons très cher à la collectivité, c'est grâce à nous qu'il y a des maisons de "repos", que les hôpitaux et les firmes pharmaceutiques tournent hors pandémie. Je suis perplexe quand à la suite à donner !

  • Posté par Bruyère Henri, mardi 17 novembre 2020, 13:26

    “Tout ce qui est gratuit vaut le prix que vous l’avez payé.” (Robert Heinlein)

  • Posté par Oscar Pascal , mardi 17 novembre 2020, 11:29

    Il faut souhaiter que les stratégies de vaccinations seront prêtes avec une logistique bien pensée et avec les moyens et les capacités nécessaires. Si cela devait l'être comme les logistiques de dépistages, inutiles de revenir sur les manques d'anticipations et de préventions ( manques de réactifs, manque de moyens et de capacités, j'en passe et des meilleurs) ce sera également un fiasco, la bérézina. Tiens, le gouvernement flamand, comme d'innombrables pays, vient de comprendre que les diagnostics rapides sont indispensables pour limiter la propagation du virus et ce en achetant 4 millions de tests antigéniques, dépistages massifs avec le soutien de la Croix-Rouge, qui peuvent facilement être externalisés (tous les milieux hospitaliers, la médecine de ville, les pharmacies, la Croix Rouge, les secouristes, etc.). Pas besoin de la case laboratoire, résultats 15 minutes. J'ignore si les 5 autres gouvernements ont fait le nécessaire afin d'utiliser cet outil indispensable? Outil validé depuis fin mai.

  • Posté par Florence Marlière, mardi 17 novembre 2020, 11:15

    Qu'est-ce qui sera gratuit : la dose de vaccin ou la vaccination? Combien de doses/séances de vaccination par personnes seront gratuites?

  • Posté par Esser Olivier, mardi 17 novembre 2020, 10:28

    À propos de transparence, on voit trois vaccins qui annoncent à quelques jours d'intervalle un taux d'efficacité mirobolant et comme par hasard supérieur au précédent. 94% d'efficacité, cela commence à être trop beau pour être vrai. Ces chiffres sont-ils vraiment transparents?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Prisons: un rapport pointe la dureté des cachots belges

Dans une étude fouillée, le Conseil central de surveillance pénitentiaire décrit les cellules de punition au sein des établissements pénitentiaires. Certaines sont loin des balises édictées par l’arrêté royal de 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs