Coronavirus: le cabinet de la ministre de l’Intérieur dément la possibilité de visites de biens immobiliers à domicile

Coronavirus: le cabinet de la ministre de l’Intérieur dément la possibilité de visites de biens immobiliers à domicile
Roger Milutin

Les visites des biens immobiliers en vue d’une vente ou d’une location peuvent avoir lieu tant qu’un agent immobilier n’est pas physiquement sur les lieux, ont assuré les acteurs du secteur par communiqué lundi, ce que dément toutefois le cabinet de la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden (CD&V).

Le secteur immobilier n’était pas satisfait de la manière dont le gouvernement fédéral a communiqué sur l’interdiction de visites des biens avec les agents immobiliers en raison de la crise sanitaire, créant « beaucoup d’incertitudes ces dernières semaines », selon le communiqué commun de plusieurs agences immobilières.

Le Conseil d’État a dernièrement rejeté deux demandes de suspension d’extrême urgence introduites par le secteur immobilier contre l’interdiction, édictée dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, d’organiser des visites de biens immobiliers en vue de leur vente ou de leur location.

Toutefois, lors de la procédure devant le Conseil d’État, souligne le communiqué, le gouvernement fédéral a confirmé que les propriétaires privés peuvent recevoir des candidats dans le cadre d’une visite de biens, car cela n’est pas légalement considéré comme un « contact étroit » et que les règles de distance sociale peuvent être garanties.

Toutefois dans la soirée, le cabinet Verlinden a rétorqué que ces visites ne peuvent avoir lieu. Il explique qu’en raisonnant de la sorte le secteur immobilier perd de vue le fait qu’aucun ménage n’est autorisé à entrer dans un domicile. Si c’est le cas, alors cela se passe en violation du décret ministériel qui stipule qu’un ménage ne peut recevoir que le même contact extérieur étroit à la fois au cours de six semaines.

Sur le même sujet
Immobilier
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20210319-GLU75G 2021-03-19 22_12_01

    Caroline Désir au «Soir»: «L’année scolaire actuelle n’est pas adaptée aux besoins de l’enfant»

  2. Les experts proposent de renforcer l’indépendance et l’autorité du directeur général de l’OMS, actuellement Tedros Adhanom Ghebreyesus.

    Coronavirus: un groupe d’experts indépendant recommande une réforme profonde de l’OMS

  3. FILES-CANADA-HEALTH-VIRUS-VACCINES

    AstraZeneca: le délai pour la seconde dose du vaccin ramené à 8 semaines

La chronique
  • La «Lettre de la City»: à Jersey, tempête sur un paradis fiscal

    Par Marc Roche

    Saint-Hélier, somme toute la très banale « capitale » de l’île anglo-normande de Jersey, respire la tranquillité et le bonheur. King Street aligne les mêmes enseignes commerciales que les artères marchandes des petites villes anglaises. Des dames aux cheveux blancs font les mots croisés du Jersey Evening Post dans l’un des nombreux salons de thé d’une bourgade où il ne se passe jamais rien.

    Et soudain, deux canonnières de la Royal Navy, des matelots en armes, une flottille de pêcheurs normands en colère, oriflammes, clameurs et fumigènes et, pour couronner le tout, un patrouilleur de la marine française. C’était le 6 mai à l’entrée du principal port de cette île de 186 km2 et de 90.000 habitants posée à quelques encablures de Cherbourg. Sursaut de la conscience nationale, ferveur patriotique, fantasmes de grandeur retrouvée, volonté de démontrer de quel métal les peuples britannique et français sont faits… la confrontation de vingt-quatre heures a été un peu de tout cela.

    Pourtant, le bras de fer franco-britannique n’avait rien,...

    Lire la suite

  • Libérés!, mais avec une ceinture de sécurité à boucler nous-mêmes

    On a trop attendu ce moment pour ne pas le saluer. Un calendrier précis avec, associées à chaque date clé, des réouvertures de restaurants, de cinémas, de théâtres, de concerts, des retrouvailles familiales, amicales, des voyages… Soit la nouvelle version du paradis imposée par le covid.

    « On doit être optimiste », nous dit Marc van Ranst. « Je suis relativement optimiste, pas de risque de douche froide dans les prochains mois ou semaines », nous dit en écho Marius Gilbert...

    Lire la suite