Reconfinement: la perte de chiffre d’affaires des entreprises belges grimpe à 17%

Reconfinement: la perte de chiffre d’affaires des entreprises belges grimpe à 17%

La perte de chiffre d’affaires que subissent les entreprises belges à la suite de la crise du coronavirus a augmenté, pour atteindre 17 % en novembre. Cela représente une dégradation de 3 points de pourcentage par rapport à la période s’étalant d’août à octobre et environ la moitié de la perte de chiffre d’affaires de large ampleur enregistrée lors du premier confinement de mars et avril, selon la dernière enquête de l’Economic Risk Management Group (ERMG) publiée mardi. Pour cette quinzième édition depuis mars, 5.631 entreprises et indépendants ont répondu.

L’écart en termes d’incidence sur le chiffre d’affaires entre les Régions se réduit, mais c’est à Bruxelles que l’impact reste le plus important.

L’horeca et la culture très touchés

Les secteurs les plus touchés au printemps font à nouveau état d’un impact fortement négatif sur leur chiffre d’affaires. « Il s’agit des secteurs de la vente au détail non alimentaire, des activités immobilières, de l’horeca et des arts, spectacles et services récréatifs », précise l’ERMG. Les deux derniers sont toujours les plus touchés, avec des pertes de chiffre d’affaires de respectivement 66 et 77 %. « Dans ces deux secteurs, cette perte de chiffre d’affaires est toutefois un peu moins lourde qu’au printemps (surtout dans le secteur horeca), ce qui peut être le résultat d’une utilisation plus intensive de vente et de commande en ligne », analyse l’ERMG.

Si les autres secteurs sont en moyenne dans des situations moins critiques, leurs perspectives en termes de chiffre d’affaires se sont assombries pour le trimestre mais aussi l’année à venir. Les entreprises interrogées s’attendent à un CA inférieur de 12 % à la moyenne pour 2021.

Le degré d’inquiétude des entreprises est lui au niveau élevé du premier confinement, à 6,9 sur une échelle de 10, avec de moroses perspectives concernant les investissements et l’emploi. En outre, la part des entreprises considérant qu’une faillite est probable ou très probable dans les semaines ou les mois à venir a augmenté par rapport au mois précédent, passant de 8 à 12 % en novembre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous