Accueil Économie

Eloi Laurent au «Soir»: «Il faut être un doux rêveur pour croire encore en la croissance…»

Il n’y a pas à choisir entre la santé et l’économie, ni davantage entre l’écologie et l’économie : si nous détruisons les écosystèmes, nous détruirons notre santé et nos économies, prévient l’économiste.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 7 min

De quoi parle-t-on quasi exclusivement, entre nous et dans les médias, depuis huit à neuf mois ? Du covid. Tant et plus, que la leçon essentielle s’est peut-être perdue. A savoir que ce virus, transmis à l’homme par des animaux, n’est pas, comme qui dirait, tombé du ciel – une punition divine dont on ignorerait la cause – mais l’effet collatéral d’un système économique fondé sur une croissance absolument effrénée détruisant les écosystèmes et la biodiversité, explique Eloi Laurent, professeur à Sciences Po et Stanford. « A nous d’en tirer la leçon si nous ne voulons pas d’un monde proprement invivable », prévient l’économiste dans Si la santé guidait le monde ?, sorti la semaine passée aux Editions Les Liens qui Libèrent.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Lambert Louis, mardi 17 novembre 2020, 18:44

    Les virus sont une forme très primitive de la vie, ils sont apparus bien avant les bactéries contre lesquelles nos organismes peuvent lutter mais les virus sont trop "anciens". Au lieu de sanctifier les forêts primaires qui sont des réservoirs de ces virus, on ferait mieux de tout raser comme on l'a fait en Europe depuis des siècles et nous nous en portons fort bien. Ce n'est jamais de chez nous que viennent les pandémies, elles viennent toutes de la Chine qui a conservé ses forêts primaires et la solution sera de les supprimer toutes, surtout pas de les conserver au nom d'une prétendue biodiversité. Tant qu'on y est, pourquoi ne pas entretenir le bacille de la peste et celui du choléra ?

  • Posté par Pablos Gino, mercredi 18 novembre 2020, 0:22

    Une chose qu'on aura bien du mal à raser ce sont les neurones de votre cervelle étant donné qu'elle en est exempte.

  • Posté par Bartet Guy, mardi 17 novembre 2020, 20:27

    Pouvez-vous m'expliquer comment les virus, qui sont des parasites incapables de se reproduire sans cellule hôte, ont fait pour survivre avant, et donc en leur absence, les bactéries ? Mais votre commentaire est probablement à prendre au second degré. Si non, c'est grave, docteur. D'autant que tout le reste est à l'avenant.

  • Posté par Pablos Gino, mardi 17 novembre 2020, 17:59

    De toute façon c'est trop tard,les pays asiatiques Chine en tête rêvent de faire ce que nous occidentaux avons fait avant eux ,mettre en place une société de surconsommation ,avec surexploitation sans scrupules des richesses naturelles.Le chine a déja un pied en Afrique et s'apprête à y mettre le second,un ouvrier congolais sous couvert d'anonymat disait ceci "nos dirigeants nous ont vendus aux chinois , nous subissons une nouvelle forme de colonisation et de semi esclavage " .L'humain va continuer à piller tous ce qu'il y a à piller,c'est inscrit dans son patrimoine génétique.

  • Posté par Lombard Fernande, mardi 17 novembre 2020, 13:33

    Vous pouvez faire beaucoup de choses, mais PAS toucher au système...

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs