Vente ou location de biens immobiliers: les visites peuvent avoir lieu sous certaines conditions

Vente ou location de biens immobiliers: les visites peuvent avoir lieu sous certaines conditions
Pierre-Yves Thienpont

Les visites de biens immobiliers en vue d’une vente ou d’une location peuvent-elles avoir lieu ? Si la question semble simple, la réponse ne l’est pas.

Le Conseil d’État a dernièrement rejeté deux demandes de suspension d’extrême urgence introduites par le secteur immobilier contre l’interdiction, édictée dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, d’organiser des visites de biens immobiliers en vue de leur vente ou de leur location.

Ce à quoi réplique le secteur immobilier que « les propriétaires privés peuvent recevoir des candidats dans le cadre d’une visite de biens, car cela n’est pas légalement considéré comme un « contact étroit » et que les règles de distance sociale peuvent être garanties ».

Toutefois, le cabinet de la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden rétorque que ces visites ne peuvent avoir lieu. Il explique qu’en raisonnant de la sorte le secteur immobilier perd de vue le fait qu’aucun ménage n’est autorisé à entrer dans un domicile. Si c’est le cas, alors cela se passe en violation du décret ministériel qui stipule qu’un ménage ne peut recevoir que le même contact extérieur étroit à la fois au cours de six semaines. Interrogée, mardi matin les ondes de la VRT, Annelies Verlinden a toutefois apporté une précision importante en déclarant que les visites pouvaient avoir lieu pour autant qu’il n’y ait personne dans le bien visité, ni l’agent immobilier, ni le propriétaire ou le locataire.

Le secteur immobilier vs le ministère de l’Intérieur

Quant au secteur immobilier, il a répliqué, via un communiqué cosigné par Dewaele Vastgoedgroep (CEO Filip Dewaele), ERA Belgium (CEO Johan Krijgsman), Hillewaere Vastgoed (CEO Roel Druyts), Century 21 Benelux (COO Kim Ruysen), Trevi Group (COO Benoit Delrue) et Agence Rosseel (Algemeen Directeur Geoffrey Giet). « Pour ceux qui veulent acheter, vendre, louer ou donner en location un bien immobilier pendant cette période de fermeture. Tant qu’un agent immobilier n’est pas physiquement présent, les visites des biens immobiliers peuvent avoir lieu. Un grand nombre d’acteurs importants du secteur immobilier a uni ses forces pour maintenir le marché de l’immobilier ouvert, et ce, selon les règles sanitaires en vigueur. Aujourd’hui, un acheteur ou un locataire potentiel peut visiter la maison, seul, ou grâce à l’aide virtuelle d’un agent immobilier ».

Des visites à domicile et par vidéo

Et le communiqué du secteur immobilier de préciser : « Tous les acheteurs ou locataires potentiels peuvent recevoir des informations sur le bien immobilier par l’intermédiaire de l’agent immobilier et prendre rendez-vous pour visiter le bien tout seul. Les candidats peuvent récupérer la clé chez l’agent immobilier, prendre rendez-vous sur place avec le propriétaire ou même par vidéoconférence avec l’agent immobilier pour obtenir les explications nécessaires lors de la visite de la propriété. L’agent immobilier ou le propriétaire n’est pas physiquement présent dans la maison durant la visite du bien. En parallèle, les visites « traditionnelles » en 3D restent disponibles sur la plupart des sites web ».

Une certitude donc, les visites peuvent avoir lieu pour autant qu’il n’y ait personne dans le bien visité.

Sur le même sujet
Immobilier
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRUSSELS AIRPORT VISIT DE CROO-GJQH49C6E.1

    Comité de concertation: pas de déconfinement en vue mais des perspectives

  2. d-20151019-G3U4JK 2015-12-25 21_38_43

    17 syndicalistes condamnés: le droit de grève est-il menacé?

  3. d-20200519-GG8E2R 2020-07-09 23_22_06

    Bruxelles investit 1,4 milliard dans la mobilité: voici les projets

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 21»: le corps

    L’autre soir, il s’est passé un truc incroyable.

    Alors qu’on s’apprêtait à tremper le septième petit morceau de baguette dans le caquelon à fondue, qu’on s’appliquait à bien tourner la pique sans rien perdre dans le fromage pour ne pas choper un gage, on a entendu une voix s’élever de sous la table. Une voix sourde, comme bâillonnée.

    On a soulevé la nappe : personne. La voix a recommencé, un rien plus distincte maintenant qu’on avait la tête à hauteur des genoux et on s’en rendu compte qu’elle venait de nous-même en fait, carrément de l’intérieur, du côté du nombril.

    « Hello ? », on a fait. « Hé salut, a répondu la voix. C’est ton corps qui te parle. »

    On a tristement reposé la pique avec le petit bout de baguette. Evidemment. Huit mois qu’on le nie, qu’on fait comme s’il n’existait pas, il fallait bien qu’il se manifeste un jour. Quand même, il aurait pu attendre demain matin.

    «...

    Lire la suite

  • Vaccins: l’horizon se dégage, gardons le bon cap

    C’est une bataille inédite que se livrent actuellement les groupes pharmaceutiques engagés dans la « course au vaccin ». Une bataille qui, vue du balcon, ne laisse pas d’étonner, évoquant notamment des taux d’efficacité dont les enjeux comme les critères et autres modalités dépassent objectivement les capacités de compréhension de nombre d’entre nous.

    Croire, dans ce cadre, qu’il nous sera laissé le choix du « meilleur vaccin », dans la foulée du choix qui nous sera donné de nous...

    Lire la suite