Vente ou location de biens immobiliers: les visites peuvent avoir lieu sous certaines conditions

Vente ou location de biens immobiliers: les visites peuvent avoir lieu sous certaines conditions
Pierre-Yves Thienpont

Les visites de biens immobiliers en vue d’une vente ou d’une location peuvent-elles avoir lieu ? Si la question semble simple, la réponse ne l’est pas.

Le Conseil d’État a dernièrement rejeté deux demandes de suspension d’extrême urgence introduites par le secteur immobilier contre l’interdiction, édictée dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, d’organiser des visites de biens immobiliers en vue de leur vente ou de leur location.

Ce à quoi réplique le secteur immobilier que « les propriétaires privés peuvent recevoir des candidats dans le cadre d’une visite de biens, car cela n’est pas légalement considéré comme un « contact étroit » et que les règles de distance sociale peuvent être garanties ».

Toutefois, le cabinet de la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden rétorque que ces visites ne peuvent avoir lieu. Il explique qu’en raisonnant de la sorte le secteur immobilier perd de vue le fait qu’aucun ménage n’est autorisé à entrer dans un domicile. Si c’est le cas, alors cela se passe en violation du décret ministériel qui stipule qu’un ménage ne peut recevoir que le même contact extérieur étroit à la fois au cours de six semaines. Interrogée, mardi matin les ondes de la VRT, Annelies Verlinden a toutefois apporté une précision importante en déclarant que les visites pouvaient avoir lieu pour autant qu’il n’y ait personne dans le bien visité, ni l’agent immobilier, ni le propriétaire ou le locataire.

Le secteur immobilier vs le ministère de l’Intérieur

Quant au secteur immobilier, il a répliqué, via un communiqué cosigné par Dewaele Vastgoedgroep (CEO Filip Dewaele), ERA Belgium (CEO Johan Krijgsman), Hillewaere Vastgoed (CEO Roel Druyts), Century 21 Benelux (COO Kim Ruysen), Trevi Group (COO Benoit Delrue) et Agence Rosseel (Algemeen Directeur Geoffrey Giet). « Pour ceux qui veulent acheter, vendre, louer ou donner en location un bien immobilier pendant cette période de fermeture. Tant qu’un agent immobilier n’est pas physiquement présent, les visites des biens immobiliers peuvent avoir lieu. Un grand nombre d’acteurs importants du secteur immobilier a uni ses forces pour maintenir le marché de l’immobilier ouvert, et ce, selon les règles sanitaires en vigueur. Aujourd’hui, un acheteur ou un locataire potentiel peut visiter la maison, seul, ou grâce à l’aide virtuelle d’un agent immobilier ».

Des visites à domicile et par vidéo

Et le communiqué du secteur immobilier de préciser : « Tous les acheteurs ou locataires potentiels peuvent recevoir des informations sur le bien immobilier par l’intermédiaire de l’agent immobilier et prendre rendez-vous pour visiter le bien tout seul. Les candidats peuvent récupérer la clé chez l’agent immobilier, prendre rendez-vous sur place avec le propriétaire ou même par vidéoconférence avec l’agent immobilier pour obtenir les explications nécessaires lors de la visite de la propriété. L’agent immobilier ou le propriétaire n’est pas physiquement présent dans la maison durant la visite du bien. En parallèle, les visites « traditionnelles » en 3D restent disponibles sur la plupart des sites web ».

Une certitude donc, les visites peuvent avoir lieu pour autant qu’il n’y ait personne dans le bien visité.

Sur le même sujet
Immobilier
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce 10 avril, le président iranien Rohani s’était félicité de l’avancement du programme d’enrichissement des centrifugeuses à Natanz. C’était quelques heures avant l’explosion sur la base nucléaire...

    Proche-Orient: un attentat sur la base de Natanz en Iran relance les tensions avec Israël

  2. d-20201215-GKCXJ8 2020-12-15 15_13_09

    Carte blanche: «La taxe kilométrique à Bruxelles tient la route»

  3. A la fois bricoleur, réparateur, artisan et recycleur, Geoffrey Abbas a fondé la coopérative Namufacture et ouvert une boutique dans le centre-ville de la capitale wallonne.

    La Namufacture valorise des déchets pour décorer votre intérieur

La chronique
  • La chronique «Alternatives»: La nuance, cette provocation

    Le titre du livre est provocateur dans sa modération : Le courage de la nuance.

    A une époque où toutes les radicalités font prime, où même les murmures doivent être de rage et les soupirs d’exaspération, on ne saurait être plus à contre-pied. C’est-à-dire, au fond, plus subversif.

    Quand il devient banal d’envoyer des grenades, c’est l’appel à la nuance qui explose comme une bombe. L’auteur, Jean Birnbaum (le patron, accessoirement, du supplément « Livres » du quotidien Le Monde) ose donc la seule provocation qui soit susceptible, aujourd’hui, de faire scandale : l’appel à s’émanciper des binarismes de plomb qui transforment notre espace intello-médiatique en une arène de guerre civile.

    Hurler, non ! Nuancer. Se libérer des carcans. Interpeller ses propres certitudes. Renvoyer dos à dos Eric Zemmour et Edwy Plenel. Etre capable d’ouvrir des fenêtres qui permettent de sortir de l’auto-enfermement.

    Birnbaum nous offre trois modèles...

    Lire la suite

  • Covid: regarder la réalité en face, arrêter la course aux illusions

    C’est un texte important que nous publions ce lundi, par son contenu et ses signataires. Nathan Clumeck, Marius Gilbert et Leila Belkhir sont trois scientifiques respectés dans cette crise. Depuis le début de la pandémie, ils se sont singularisés par leur volonté de dire aux citoyens ce qui était, sans hurler au loup, sans charlatanisme et en veillant à ne servir aucun discours ou enjeu politique.

    Le texte qu’ils se sont décidé à écrire et à signer ce week-end a été mûrement réfléchi. Ils savent que...

    Lire la suite