Des rendez-vous pour permettre d’aménager sa cuisine ou son salon?

Des rendez-vous pour permettre d’aménager sa cuisine ou son salon?

Cela fait deux semaines que les commerces décrétés non essentiels ont dû fermer une nouvelle fois leurs portes. Et qu’il est donc aussi difficile d’aménager son intérieur, par exemple.

D’où l’idée de Comeos qui souhaiterait qu’on laisse les commerçants, petits et grands, recevoir leur clientèle sur rendez-vous et moyennant des conditions strictes. «Il faudrait rendre cela possible pour les achats qui nécessitent de voir la marchandise et de discuter avec un vendeur. Je pense principalement aux gros aménagements d’intérieur, comme les cuisines à commander sur plan ou les salons», expose Dominique Michel, ne souhaitant pas «ouvrir la boîte de Pandore».

Il précise: «Il ne serait pas question de vendre des pantalons et on procéderait par tranches horaires précises durant lesquelles les clients se retrouveraient seuls en magasin avec un vendeur.»

Reste que, comme le rappelle l’épidémiologiste Yves Coppieters, les choses peuvent être parfaitement organisées dans les magasins, mais « c’est pour s’y rendre et repartir que c’est particulièrement sensible d’un point de vue épidémique ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS CHAMBER PLENARY SESSION

    Frank Vandenbroucke, le ministre au cœur de la tourmente

  2. Chez Ikea, comme devant les autres grandes enseignes et les centres commerciaux, il y aura – à nouveau – du filtrage à l’entrée pour garantir une circulation fluide à l’intérieur. Files en vue...

    Les grands magasins se disent prêts à canaliser la foule

  3. L’ingénieur atomiste Mohsen Fakhrizadeh a été assassiné vendredi dernier.

    Jonathan Piron: «Certains tentent de pousser l’Iran à la faute avant l’arrivée de Biden»

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 26»: la normalité

    L’autre nuit, il s’est passé un truc incroyable.

    Laura a fait un drôle de rêve. Elle s’en souvient toujours avec précision le matin suivant, des histoires de dingues, avec mille détails dont elle s’empresse d’aller trouver la signification sur le web, avant de tout retranscrire dans un petit carnet.

    Là, elle raconte qu’elle est à la gare (nouveau départ, changement de vie), elle part à la mer parce qu’il paraît qu’il va faire 46 degrés. Elle est avec des amis – qu’elle ne connaît pas en vrai (souvent l’ami c’est toi : si tu ne le connais pas, tu ne te connais pas) – et tout le monde porte son masque. Sauf elle. Typiquement le cauchemar de « J’arrive tout nu à l’école » ou « au bureau sans mon pantalon de pyjama » (mise en danger ou expression de soi, authenticité).

    Grosse angoisse. Elle remonte son pull sur le nez : où trouver un p… de masque ? Allez savoir pourquoi, un ami lui demande alors d’aller acheter du lait (oui, du...

    Lire la suite

  • En France, il est urgent de bâtir une police exemplaire

    Il ne manquait plus que ça. La France était déjà empêtrée dans une crise sanitaire et économique historique. Elle était confrontée à un malaise social qui ne s’était pas vraiment résorbé mais qui s’était seulement mis en veilleuse depuis la crise des gilets jaunes, à l’hiver 2018-2019. Elle affrontait une nouvelle vague terroriste.

    Et voilà qu’elle s’enfonce dans une fracture sécuritaire terrible.

    Violences policières

    Les images...

    Lire la suite