La perte de la fusée Vega due à un problème de fabrication du lanceur (2)

Un problème "d'inversion des câbles" a été identifié, survenu au stade de la "production" du lanceur, fabriqué par Avio en Italie, a déclaré le PDG d'Arianespace, Stéphane Israël, précisant qu'il ne s'agissait "pas d'un problème de conception" comme lors du précédent échec de Vega, en juillet 2019.

Arianespace et l'Agence spatiale européenne (ESA) vont mettre en place dès mercredi une commission d'enquête indépendante, chargée de "valider définitivement le scenario identifié et de mettre en évidence les raisons pour lesquelles cette erreur d'intégration n'a pas été détectée puis corrigée".

"Nous allons corriger, et nous reviendrons plus forts", a assuré le PDG d'Arianespace, qui a présenté ses "excuses" aux clients et constructeurs des satellites perdus: un satellite espagnol d'observation de la Terre, SEOSAT-Ingenio, et un satellite français d'exploration de physique des orages, Taranis, pour le compte du CNES, l'agence spatiale française.

Stéphane Israël a assuré que le programme des prochains lancements pour Arianespace était maintenu.

L'anomalie s'est produite sur le quatrième étage du lanceur léger, dont la trajectoire a dévié huit minutes après le décollage depuis le centre spatial de Kourou, en Guyane française, à 22h52 heure locale (02H52 heure de Bruxelles). "Tout se passait comme prévu durant la première partie du vol, et c'est lors de l'allumage du quatrième étage qu'on a perdu le contrôle", a détaillé Roland Lagier, directeur technique d'Arianespace.

Le lanceur est retombé dans la mer après s'être disloqué dans l'atmosphère.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous