Brexit - La FEB craint une crise du Brexit, en plus du coronavirus

L'absence d'un accord commercial, qui doit prémunir le pays contre davantage de dommages économiques et de pertes d'emplois, aurait de graves conséquences, souligne la FEB. "Un commerce international libre, juste et réglementé demeure crucial pour notre prospérité, même avec le Covid-19", ajoute-t-elle.

Alors que de nombreuses entreprises belges pâtissent de l'insécurité juridique en raison de l'imminence du Brexit, la fédération indique compter sur un accord le plus large et le plus approfondi possible, qui garantisse le bon fonctionnement du marché intérieur européen et une concurrence équitable. Le Royaume-Uni est le quatrième principal partenaire commercial de la Belgique, rappelle-t-elle. "Pour notre économie exportatrice, il est capital que les échanges entre le Royaume-Uni et la Belgique restent aussi faciles que possible après le Nouvel An."

La FEB s'appuie également sur l'exemple du CETA, l'accord commercial entre l'Union européenne et le Canada, pour souligner les avantages de tels accords. "Les exportations belges ont augmenté et notre balance commerciale s'est inversée pour devenir positive", décrit la fédération. "Le CETA n'a pas uniquement rendu les échanges entre la Belgique/l'Union européenne et le Canada moins chers (grâce à des abaissements tarifaires) et plus simples (grâce à une simplification des procédures douanières). Il permet également à de nouveaux acteurs belges et européens de proposer plus aisément leurs biens et services au Canada."

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous