Alysson, devenue symbole malgré elle du désarroi des commerçants

Alysson, devenue symbole malgré elle du désarroi des commerçants
Facebook

Ses cheveux rouges et son grand sourire ont inondé les réseaux sociaux ce mardi : Alysson, 24 ans, est devenue malgré elle, par un geste de désespoir ultime posé ce lundi, le symbole du désarroi dans lequel sont plongés beaucoup d’indépendants dont les volets sont clos. La jeune Liégeoise rêvait depuis longtemps d’exercer sa passion ; en attendant d’obtenir un crédit pour compléter ses économies, elle s’était proposée pour coiffer gratuitement des patients en revalidation, à la clinique du CHR-Château Rouge, durant le premier confinement. Après avoir ainsi donné le sourire à ces personnes privées de contacts, la jeune coiffeuse avait enfin pu boucler son dossier et réaliser son rêve d’enfant. Son « barber shop », « Hooter’s cutting », avait pu ouvrir début août rue St Gilles, dans le centre de la cité Ardente. Elle envisageait l’avenir avec optimisme. Le regain de la pandémie en a décidé autrement.

Peu après l’annonce de la fermeture des commerces « non essentiels », Alysson est apparue dans la presse : « Ma comptable m’a conseillé d’abandonner le mois dernier, mais j’ai dit non, confiait-elle à nos confrères de RTL. Je vais faire ce qu’il faut, plus d’heures s’il le faut, car après si peu de temps, on n’annonce pas une faillite comme ça, après avoir mis tout ce qu’on avait dedans. » Sans doute sa situation professionnelle n’aura-t-elle pas été seule en cause dans son geste irréversible, mais l’entrain qu’elle affichait, sa détermination et sa jeunesse ainsi fauchée font d’elle l’incarnation des difficultés des commerçants. Sa vitrine, ce mardi dans cette rue commerçante où règne un esprit familial, était ornée de bouquets de fleurs, déposés là par des badauds et d’autres commerçants.

L’échevine du commerce, Elizabeth Fraipont, a rappelé ce mardi les permanences juridiques, sans conditions de revenus, à destination des indépendants/commerçants mises en place par la Ville de Liège en collaboration avec le barreau de Liège-Huy et la commission d’aide juridique. Une approche plus large intégrant les aspects psychologiques et sociaux est aussi proposée (04/279.29.20). Partout dans le pays, une aide 24/24 est également disponible en formant le numéro 107.

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous