Bruxelles: le panneau «Coca-Cola» de la place de Brouckère dans le collimateur

Le logo de Coca-Cola qui trône sur le toit de l’Hôtel Continental fait partie du paysage de la place de Brouckère.
Le logo de Coca-Cola qui trône sur le toit de l’Hôtel Continental fait partie du paysage de la place de Brouckère. - Le Soir

On en oublierait presque sa présence, tant elle s’est imposée comme repère indéboulonnable dans l’horizon des boulevards du centre bruxellois. Le logo de Coca-Cola qui trône sur le toit de l’Hôtel Continental fait partie du paysage de la place de Brouckère, et ce depuis des décennies, bien que sous des formes différentes. Mais plus pour longtemps. Le Soir a effectivement appris que Pascal Smet (one.brussels), secrétaire d’Etat en charge de l’Urbanisme à Bruxelles, avait décidé que le panneau LED n’avait en l’état plus sa place sur la toiture de ce bâtiment historique.

Profitant d’une phase de renouvellement du permis d’urbanisme de l’installation, la Région est ainsi venue mettre son grain de sel dans les affaires urbanistiques de la Ville de Bruxelles. « C’est un permis qu’il faut renouveler tous les 6 ans. Le dernier permis a été délivré en 2013 et il périmait en 2019. Dans la procédure, la Ville demande l’avis du fonctionnaire délégué, qui donne un avis qui est contraignant. Eh bien, la fonctionnaire a donné hier un avis défavorable, avec mon soutien, » nous explique le socialiste.

Au-delà du fond, la forme

Ce dernier justifie sa position non par une volonté de s’attaquer à la marque US, mais par un souci esthétique. « Je trouve que ce panneau publicitaire n’a pas sa place à De Brouckère, du moins sous cette forme-là. Cela veut dire que la publicité telle qu’elle existe aujourd’hui doit disparaître. En même temps, je veux organiser, avec la Ville et la Commission Royale des Monuments et Sites, un débat. Oui ou non, de la pub sur la place de Brouckère ? Et si oui, sous quelle forme ? Est-ce qu’on va sur un truc un peu vintage, un peu nostalgique, des années 50 ou 60 ? Le débat doit être mené là-dessus, ainsi que sur la quantité de publicité que l’on autorise sur cette place patrimoniale ».

Du côté de la Ville, et plus particulièrement du cabinet de l’échevine de l’Urbanisme Ans Persoons (change.brussels, soit le même bord politique que Smet au niveau local), la nouvelle n’émeut guère : « On s’aligne sur la décision de Pascal Smet. Notre interprétation, c’est que les enseignes d’époque font partie d’un patrimoine historique. Mais il faut alors qu’elles le restituent à un état de référence, » nous y explique-t-on. Les LED, en tout cas, ne passent plus.

L’accueil est moins chaleureux au cabinet du bourgmestre Philippe Close (PS), où l’on rappelle que la Ville perçoit actuellement 12.000 euros de redevance mensuelle pour la présence de ce panneau publicitaire. « Qui va compenser la ville ? » s’interroge Wafaa Hammich, porte-parole du bourgmestre. « Et puis c’est un symbole. On avait plutôt l’impression que les gens y étaient attachés. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRUSSELS AIRPORT VISIT DE CROO-GJQH49C6E.1

    Comité de concertation: pas de déconfinement en vue mais un «baromètre 2.0.»

  2. A Brussels airport, le centre de test est opérationnel.

    Devra-t-on se faire dépister et vacciner pour prendre l’avion?

  3. belgaimage-165853463-full

    Rudi Vervoort au «Soir»: «Notre modèle de concertation déraille, ça ne va plus, il faut réagir»

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 21»: le corps

    L’autre soir, il s’est passé un truc incroyable.

    Alors qu’on s’apprêtait à tremper le septième petit morceau de baguette dans le caquelon à fondue, qu’on s’appliquait à bien tourner la pique sans rien perdre dans le fromage pour ne pas choper un gage, on a entendu une voix s’élever de sous la table. Une voix sourde, comme bâillonnée.

    On a soulevé la nappe : personne. La voix a recommencé, un rien plus distincte maintenant qu’on avait la tête à hauteur des genoux et on s’en rendu compte qu’elle venait de nous-même en fait, carrément de l’intérieur, du côté du nombril.

    « Hello ? », on a fait. « Hé salut, a répondu la voix. C’est ton corps qui te parle. »

    On a tristement reposé la pique avec le petit bout de baguette. Evidemment. Huit mois qu’on le nie, qu’on fait comme s’il n’existait pas, il fallait bien qu’il se manifeste un jour. Quand même, il aurait pu attendre demain matin.

    «...

    Lire la suite

  • Vaccins: l’horizon se dégage, gardons le bon cap

    C’est une bataille inédite que se livrent actuellement les groupes pharmaceutiques engagés dans la « course au vaccin ». Une bataille qui, vue du balcon, ne laisse pas d’étonner, évoquant notamment des taux d’efficacité dont les enjeux comme les critères et autres modalités dépassent objectivement les capacités de compréhension de nombre d’entre nous.

    Croire, dans ce cadre, qu’il nous sera laissé le choix du « meilleur vaccin », dans la foulée du choix qui nous sera donné de nous...

    Lire la suite