Accueil Immo

Bruxelles: le panneau «Coca-Cola» de la place de Brouckère dans le collimateur

La Région bloque le renouvellement du permis d’urbanisme du célèbre panneau lumineux. Pascal Smet entend ouvrir ainsi un débat sur la publicité dans le centre historique.

Info « Le Soir » - Journaliste au service Bruxelles Temps de lecture: 3 min

On en oublierait presque sa présence, tant elle s’est imposée comme repère indéboulonnable dans l’horizon des boulevards du centre bruxellois. Le logo de Coca-Cola qui trône sur le toit de l’Hôtel Continental fait partie du paysage de la place de Brouckère, et ce depuis des décennies, bien que sous des formes différentes. Mais plus pour longtemps. Le Soir a effectivement appris que Pascal Smet (one.brussels), secrétaire d’Etat en charge de l’Urbanisme à Bruxelles, avait décidé que le panneau LED n’avait en l’état plus sa place sur la toiture de ce bâtiment historique.

Profitant d’une phase de renouvellement du permis d’urbanisme de l’installation, la Région est ainsi venue mettre son grain de sel dans les affaires urbanistiques de la Ville de Bruxelles. « C’est un permis qu’il faut renouveler tous les 6 ans. Le dernier permis a été délivré en 2013 et il périmait en 2019. Dans la procédure, la Ville demande l’avis du fonctionnaire délégué, qui donne un avis qui est contraignant. Eh bien, la fonctionnaire a donné hier un avis défavorable, avec mon soutien, » nous explique le socialiste.

Au-delà du fond, la forme

Ce dernier justifie sa position non par une volonté de s’attaquer à la marque US, mais par un souci esthétique. « Je trouve que ce panneau publicitaire n’a pas sa place à De Brouckère, du moins sous cette forme-là. Cela veut dire que la publicité telle qu’elle existe aujourd’hui doit disparaître. En même temps, je veux organiser, avec la Ville et la Commission Royale des Monuments et Sites, un débat. Oui ou non, de la pub sur la place de Brouckère ? Et si oui, sous quelle forme ? Est-ce qu’on va sur un truc un peu vintage, un peu nostalgique, des années 50 ou 60 ? Le débat doit être mené là-dessus, ainsi que sur la quantité de publicité que l’on autorise sur cette place patrimoniale ».

Du côté de la Ville, et plus particulièrement du cabinet de l’échevine de l’Urbanisme Ans Persoons (change.brussels, soit le même bord politique que Smet au niveau local), la nouvelle n’émeut guère : « On s’aligne sur la décision de Pascal Smet. Notre interprétation, c’est que les enseignes d’époque font partie d’un patrimoine historique. Mais il faut alors qu’elles le restituent à un état de référence, » nous y explique-t-on. Les LED, en tout cas, ne passent plus.

L’accueil est moins chaleureux au cabinet du bourgmestre Philippe Close (PS), où l’on rappelle que la Ville perçoit actuellement 12.000 euros de redevance mensuelle pour la présence de ce panneau publicitaire. « Qui va compenser la ville ? » s’interroge Wafaa Hammich, porte-parole du bourgmestre. « Et puis c’est un symbole. On avait plutôt l’impression que les gens y étaient attachés. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

27 Commentaires

  • Posté par Steens Frédéric, vendredi 20 novembre 2020, 13:19

    Ce monsieur Smet ne serait-il pas des fois un émule de Trump avec ses "Je n'aime pas" donc "J'ai décidé"...moi moi moi moi et rien que moi?

  • Posté par Vanderschelde Pierre, vendredi 20 novembre 2020, 12:36

    En voilà 1 priorité ! Par la suppression de cette enseigne qui faisait 1 peu partie du paysage bruxellois, la ville de Bruxelles perd  » «  tenez vous bien « »   12500 euros de redevance mensuelle soit 150.000 euros annuellement. Cet argent aurait pu servir à terminer enfin qq travaux jamais achevés ou, créer quelques lits pour les sans abris ou, nettoyer qq chancres . Le bon sens que demande toutes décisions ne sera jamais prit en compte par ce sinistre personnage qu’est Pascal Smet élu avec .... 4500 voix. 4500 voix qui nous coûtent très, très chère

  • Posté par Albin S. Carré, mercredi 18 novembre 2020, 21:28

    Aucun amour particulier pour cette enseigne mais il fallait bien que ce pénible Smet fasse parler de lui d'une manière ou d'une autre.

  • Posté par CREPIN Hugues, mercredi 18 novembre 2020, 20:57

    C'est pour ça qu'en face on a installé un autre panneau publicitaire géant au-dessus de l'entrée des galeries?

  • Posté par Debrabander Jean, mercredi 18 novembre 2020, 16:24

    La bonne question est : "comment a-t-on pu accepter une pareille horreur qui défigure complètement la place ?!

Plus de commentaires

Aussi en Immo

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo