Bruxelles: le panneau «Coca-Cola» de la place de Brouckère dans le collimateur

Le logo de Coca-Cola qui trône sur le toit de l’Hôtel Continental fait partie du paysage de la place de Brouckère.
Le logo de Coca-Cola qui trône sur le toit de l’Hôtel Continental fait partie du paysage de la place de Brouckère. - Le Soir

On en oublierait presque sa présence, tant elle s’est imposée comme repère indéboulonnable dans l’horizon des boulevards du centre bruxellois. Le logo de Coca-Cola qui trône sur le toit de l’Hôtel Continental fait partie du paysage de la place de Brouckère, et ce depuis des décennies, bien que sous des formes différentes. Mais plus pour longtemps. Le Soir a effectivement appris que Pascal Smet (one.brussels), secrétaire d’Etat en charge de l’Urbanisme à Bruxelles, avait décidé que le panneau LED n’avait en l’état plus sa place sur la toiture de ce bâtiment historique.

Profitant d’une phase de renouvellement du permis d’urbanisme de l’installation, la Région est ainsi venue mettre son grain de sel dans les affaires urbanistiques de la Ville de Bruxelles. « C’est un permis qu’il faut renouveler tous les 6 ans. Le dernier permis a été délivré en 2013 et il périmait en 2019. Dans la procédure, la Ville demande l’avis du fonctionnaire délégué, qui donne un avis qui est contraignant. Eh bien, la fonctionnaire a donné hier un avis défavorable, avec mon soutien, » nous explique le socialiste.

Au-delà du fond, la forme

Ce dernier justifie sa position non par une volonté de s’attaquer à la marque US, mais par un souci esthétique. « Je trouve que ce panneau publicitaire n’a pas sa place à De Brouckère, du moins sous cette forme-là. Cela veut dire que la publicité telle qu’elle existe aujourd’hui doit disparaître. En même temps, je veux organiser, avec la Ville et la Commission Royale des Monuments et Sites, un débat. Oui ou non, de la pub sur la place de Brouckère ? Et si oui, sous quelle forme ? Est-ce qu’on va sur un truc un peu vintage, un peu nostalgique, des années 50 ou 60 ? Le débat doit être mené là-dessus, ainsi que sur la quantité de publicité que l’on autorise sur cette place patrimoniale ».

Du côté de la Ville, et plus particulièrement du cabinet de l’échevine de l’Urbanisme Ans Persoons (change.brussels, soit le même bord politique que Smet au niveau local), la nouvelle n’émeut guère : « On s’aligne sur la décision de Pascal Smet. Notre interprétation, c’est que les enseignes d’époque font partie d’un patrimoine historique. Mais il faut alors qu’elles le restituent à un état de référence, » nous y explique-t-on. Les LED, en tout cas, ne passent plus.

L’accueil est moins chaleureux au cabinet du bourgmestre Philippe Close (PS), où l’on rappelle que la Ville perçoit actuellement 12.000 euros de redevance mensuelle pour la présence de ce panneau publicitaire. « Qui va compenser la ville ? » s’interroge Wafaa Hammich, porte-parole du bourgmestre. « Et puis c’est un symbole. On avait plutôt l’impression que les gens y étaient attachés. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les théories du complot ont une fonction «anxiolytique»: elles nous rassurent et nous donnent l’illusion de maîtriser ce qui n’est pas maîtrisable.

    Coronavirus: les antivaccins occupent les réseaux sociaux plus que jamais

  2. Alexander De Croo

    Sport, maisons de repos, fêtes de fin d'année: ce qu'on peut faire et ne pas faire

  3. Sept centres Covisan ont été mis en place à Paris et trois en banlieue.

    Coronavirus: Paris, moins rouge que la verte province

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «La vulnérabilité hydrique ou la nécessité de repenser une continuité entre le logement et les espaces publics»

    Avez-vous jamais pensé au nombre de fois que vous avez utilisé de l’eau dans une journée ? À cette gourde que vous avez remplie avant de préparer votre sac ? À cette casserole d’eau mise à bouillir pour des pâtes ou du riz ? À cette vaisselle quotidienne ? À ces quatre ou cinq chasses d’eau tirées chaque jour ? À ce brossage de dents ? Au linge lavé en machine ? À cette douche prise pour vous sentir fraîche/frais et prête/prêt à vous lancer dans la rue ou plonger dans le sommeil ?

    Pour ces multiples usages, les Belges, qu’ils soient riches ou pauvres, consomment chez eux 95 litres d’eau en moyenne par jour et par personne. De cette petite centaine de litres, environ 75 % va à la trilogie « soin du corps, lavage du linge et utilisation des toilettes ». En volume, les usages de l’eau concernent donc avant tout l’intimité, la relation « de soi à soi ».

    La Belgique plutôt bien outillée mais…

    En Belgique, le...

    Lire la suite

  • Courageux. Responsable. Collectif: la situation sanitaire l’impose

    C’est très courageux et hyper responsable. Sans fausse note – apparente –, les dirigeants politiques ont pris les décisions que la réalité sanitaire imposait. Avec pour seul objectif la crise de la santé. Et sur un seul constat : nous sommes toujours en pleine tempête.

    Ce n’est pas une obsession, c’est l’évidence : tant que le virus sera là, rien ne peut reprendre, ni l’économie, ni la vie normale, ni la vie sociale. Parce que le virus, c’est la maladie et encore aujourd’hui à un taux...

    Lire la suite