Bruxelles: le panneau «Coca-Cola» de la place de Brouckère dans le collimateur

Le logo de Coca-Cola qui trône sur le toit de l’Hôtel Continental fait partie du paysage de la place de Brouckère.
Le logo de Coca-Cola qui trône sur le toit de l’Hôtel Continental fait partie du paysage de la place de Brouckère. - Le Soir

On en oublierait presque sa présence, tant elle s’est imposée comme repère indéboulonnable dans l’horizon des boulevards du centre bruxellois. Le logo de Coca-Cola qui trône sur le toit de l’Hôtel Continental fait partie du paysage de la place de Brouckère, et ce depuis des décennies, bien que sous des formes différentes. Mais plus pour longtemps. Le Soir a effectivement appris que Pascal Smet (one.brussels), secrétaire d’Etat en charge de l’Urbanisme à Bruxelles, avait décidé que le panneau LED n’avait en l’état plus sa place sur la toiture de ce bâtiment historique.

Profitant d’une phase de renouvellement du permis d’urbanisme de l’installation, la Région est ainsi venue mettre son grain de sel dans les affaires urbanistiques de la Ville de Bruxelles. « C’est un permis qu’il faut renouveler tous les 6 ans. Le dernier permis a été délivré en 2013 et il périmait en 2019. Dans la procédure, la Ville demande l’avis du fonctionnaire délégué, qui donne un avis qui est contraignant. Eh bien, la fonctionnaire a donné hier un avis défavorable, avec mon soutien, » nous explique le socialiste.

Au-delà du fond, la forme

Ce dernier justifie sa position non par une volonté de s’attaquer à la marque US, mais par un souci esthétique. « Je trouve que ce panneau publicitaire n’a pas sa place à De Brouckère, du moins sous cette forme-là. Cela veut dire que la publicité telle qu’elle existe aujourd’hui doit disparaître. En même temps, je veux organiser, avec la Ville et la Commission Royale des Monuments et Sites, un débat. Oui ou non, de la pub sur la place de Brouckère ? Et si oui, sous quelle forme ? Est-ce qu’on va sur un truc un peu vintage, un peu nostalgique, des années 50 ou 60 ? Le débat doit être mené là-dessus, ainsi que sur la quantité de publicité que l’on autorise sur cette place patrimoniale ».

Du côté de la Ville, et plus particulièrement du cabinet de l’échevine de l’Urbanisme Ans Persoons (change.brussels, soit le même bord politique que Smet au niveau local), la nouvelle n’émeut guère : « On s’aligne sur la décision de Pascal Smet. Notre interprétation, c’est que les enseignes d’époque font partie d’un patrimoine historique. Mais il faut alors qu’elles le restituent à un état de référence, » nous y explique-t-on. Les LED, en tout cas, ne passent plus.

L’accueil est moins chaleureux au cabinet du bourgmestre Philippe Close (PS), où l’on rappelle que la Ville perçoit actuellement 12.000 euros de redevance mensuelle pour la présence de ce panneau publicitaire. « Qui va compenser la ville ? » s’interroge Wafaa Hammich, porte-parole du bourgmestre. « Et puis c’est un symbole. On avait plutôt l’impression que les gens y étaient attachés. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Outre la lutte contre les virus, l’intégrine-beta1 pourrait mener la guerre contre le cancer en tant que vecteurs de gènes.

    Une découverte ouvre des perspectives dans la lutte contre le cancer et le covid

  2. Ce 10 avril, le président iranien Rohani s’était félicité de l’avancement du programme d’enrichissement des centrifugeuses à Natanz. C’était quelques heures avant l’explosion sur la base nucléaire...

    Proche-Orient: un attentat sur la base de Natanz en Iran relance les tensions avec Israël

  3. d-20201215-GKCXJ8 2020-12-15 15_13_09

    Carte blanche: «La taxe kilométrique à Bruxelles tient la route»

La chronique
  • La chronique «Alternatives»: La nuance, cette provocation

    Le titre du livre est provocateur dans sa modération : Le courage de la nuance.

    A une époque où toutes les radicalités font prime, où même les murmures doivent être de rage et les soupirs d’exaspération, on ne saurait être plus à contre-pied. C’est-à-dire, au fond, plus subversif.

    Quand il devient banal d’envoyer des grenades, c’est l’appel à la nuance qui explose comme une bombe. L’auteur, Jean Birnbaum (le patron, accessoirement, du supplément « Livres » du quotidien Le Monde) ose donc la seule provocation qui soit susceptible, aujourd’hui, de faire scandale : l’appel à s’émanciper des binarismes de plomb qui transforment notre espace intello-médiatique en une arène de guerre civile.

    Hurler, non ! Nuancer. Se libérer des carcans. Interpeller ses propres certitudes. Renvoyer dos à dos Eric Zemmour et Edwy Plenel. Etre capable d’ouvrir des fenêtres qui permettent de sortir de l’auto-enfermement.

    Birnbaum nous offre trois modèles...

    Lire la suite

  • Covid: regarder la réalité en face, arrêter la course aux illusions

    C’est un texte important que nous publions ce lundi, par son contenu et ses signataires. Nathan Clumeck, Marius Gilbert et Leila Belkhir sont trois scientifiques respectés dans cette crise. Depuis le début de la pandémie, ils se sont singularisés par leur volonté de dire aux citoyens ce qui était, sans hurler au loup, sans charlatanisme et en veillant à ne servir aucun discours ou enjeu politique.

    Le texte qu’ils se sont décidé à écrire et à signer ce week-end a été mûrement réfléchi. Ils savent que...

    Lire la suite