Bruxelles: le panneau «Coca-Cola» de la place de Brouckère dans le collimateur

Le logo de Coca-Cola qui trône sur le toit de l’Hôtel Continental fait partie du paysage de la place de Brouckère.
Le logo de Coca-Cola qui trône sur le toit de l’Hôtel Continental fait partie du paysage de la place de Brouckère. - Le Soir

On en oublierait presque sa présence, tant elle s’est imposée comme repère indéboulonnable dans l’horizon des boulevards du centre bruxellois. Le logo de Coca-Cola qui trône sur le toit de l’Hôtel Continental fait partie du paysage de la place de Brouckère, et ce depuis des décennies, bien que sous des formes différentes. Mais plus pour longtemps. Le Soir a effectivement appris que Pascal Smet (one.brussels), secrétaire d’Etat en charge de l’Urbanisme à Bruxelles, avait décidé que le panneau LED n’avait en l’état plus sa place sur la toiture de ce bâtiment historique.

Profitant d’une phase de renouvellement du permis d’urbanisme de l’installation, la Région est ainsi venue mettre son grain de sel dans les affaires urbanistiques de la Ville de Bruxelles. « C’est un permis qu’il faut renouveler tous les 6 ans. Le dernier permis a été délivré en 2013 et il périmait en 2019. Dans la procédure, la Ville demande l’avis du fonctionnaire délégué, qui donne un avis qui est contraignant. Eh bien, la fonctionnaire a donné hier un avis défavorable, avec mon soutien, » nous explique le socialiste.

Au-delà du fond, la forme

Ce dernier justifie sa position non par une volonté de s’attaquer à la marque US, mais par un souci esthétique. « Je trouve que ce panneau publicitaire n’a pas sa place à De Brouckère, du moins sous cette forme-là. Cela veut dire que la publicité telle qu’elle existe aujourd’hui doit disparaître. En même temps, je veux organiser, avec la Ville et la Commission Royale des Monuments et Sites, un débat. Oui ou non, de la pub sur la place de Brouckère ? Et si oui, sous quelle forme ? Est-ce qu’on va sur un truc un peu vintage, un peu nostalgique, des années 50 ou 60 ? Le débat doit être mené là-dessus, ainsi que sur la quantité de publicité que l’on autorise sur cette place patrimoniale ».

Du côté de la Ville, et plus particulièrement du cabinet de l’échevine de l’Urbanisme Ans Persoons (change.brussels, soit le même bord politique que Smet au niveau local), la nouvelle n’émeut guère : « On s’aligne sur la décision de Pascal Smet. Notre interprétation, c’est que les enseignes d’époque font partie d’un patrimoine historique. Mais il faut alors qu’elles le restituent à un état de référence, » nous y explique-t-on. Les LED, en tout cas, ne passent plus.

L’accueil est moins chaleureux au cabinet du bourgmestre Philippe Close (PS), où l’on rappelle que la Ville perçoit actuellement 12.000 euros de redevance mensuelle pour la présence de ce panneau publicitaire. « Qui va compenser la ville ? » s’interroge Wafaa Hammich, porte-parole du bourgmestre. « Et puis c’est un symbole. On avait plutôt l’impression que les gens y étaient attachés. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Proximus continue à fournir régulièrement des données à Sciensano.

    Trois entrepreneurs de la tech appellent à une meilleure utilisation des données pur la relance

  2. PEOPLE-GISCARD_

    Décès de Valéry Giscard d’Estaing, l’homme qui voulait moderniser la France

  3. Xavier Brenez.

    Xavier Brenez: «On aurait pu éviter des dégâts dans les maisons de repos»

La chronique
  • Visa pour la Flandre: 11 millions de Belges qui font flop

    L’adhésion, ça ne se commande pas, ça se construit. La preuve par le réel. Ainsi donc nous avons un gouvernement qui veut convaincre les Belges d’agir comme une seule équipe et un Premier ministre qui a son slogan « nous devons devenir une seule équipe de 11 millions de Belges pour battre le corona ». Nous avons aussi désormais une campagne de pub concoctée par l’agence Happiness, diffusée dès ce week-end et accompagnée de vidéos filmées au stade Roi Baudouin et mettant en évidence des citoyens qui ont contribué à la lutte contre le virus – un infirmier, un pompier, une joueuse des Red Flames, une cheffe chiro, etc. Le résultat : flop flop flop. L’Echo a fait le test cette semaine : les vidéos publiées sur You Tube sont très peu relayées et sur Instagram, le hashtag #1equipede11millions donne un seul résultat : la vidéo postée par Alexander De Croo. Pas de retweets collectifs non plus des ministres des différents gouvernements, « coachs » de la fameuse équipe à construire.

    Ce ne sont pas les bravos qui fusent, même en interne, mais les questions...

    Lire la suite

  • Hongrie: il faut toujours se méfier des pères la pudeur

    En Hongrie, la ville de Nagykata a décidé, en novembre, d’imiter la Pologne en instaurant une première zone « LGBTQ-free » où seront interdites toute « propagande » et toute marche pour l’égalité. La Hongrie prohibe aussi le changement de genre des transsexuels dans le code civil et compte réserver l’adoption aux couples hétérosexuels mariés.

    La Hongrie a inscrit dans sa nouvelle Constitution que le mariage ne pouvait se faire qu’entre un homme et une femme car seule cette union...

    Lire la suite