Moderna, CureVac, Pfizer: le point sur les avancées et les négociations des vaccins

Moderna, CureVac, Pfizer: le point sur les avancées et les négociations des vaccins
Photo News

Comme annoncé la veille, la Commission européenne a validé mardi un nouveau contrat d’achat de futurs vaccins contre le coronavirus, cette fois avec la société pharmaceutique CureVac, basée en Allemagne. Le contrat porte sur 225 millions de doses, avec une option pour des doses supplémentaires, jusqu’à 180 millions.

Il s’agit du cinquième contrat d’achat anticipé signé par la Commission au nom des États membres de l’UE, et un sixième serait sur le point d’être finalisé avec Moderna (USA).

Des contrats ont déjà précédemment été signés avec AstraZeneca (300 millions de doses + option de 100 millions), Sanofi-GSK (300 millions de doses), Janssen Pharmaceutica (doses pour 200 millions de personnes + 200), et BioNTech-Pfizer (200 millions de doses + 100). « À ce jour, la Commission a obtenu au moins 1,2 milliard de doses et satisfait à son engagement de garantir un accès équitable à des vaccins sûrs, efficaces et abordables non seulement pour ses citoyens, mais aussi pour les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables dans le monde. La plupart de ces candidats vaccins sont dans une phase avancée d’essais cliniques », commente mardi via communiqué la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Moderna incite les Européens à signer vite

Le patron de la société américaine de biotechnologie Moderna a prévenu mardi les Européens que le prolongement des négociations pour acheter des doses de son vaccin contre le Covid-19 risquait de ralentir les livraisons, d’autres pays étant prioritaires car ils ont signé depuis des mois.

« On a des discussions, mais on n’a pas de contrat », a dit Stéphane Bancel à l’AFP depuis Cambridge, dans le Massachusetts, où ce Français de 48 ans, ancien du laboratoire bioMérieux, dirige depuis 2011 Moderna, petite société détenant l’un des vaccins les plus prometteurs de la pandémie.

Des « discussions avancées » ont bien été annoncées avec la Commission européenne le 24 août pour l’achat de 80 millions de doses du vaccin, mais aucun engagement ferme n’a été signé depuis. Entre-temps, Moderna a signé avec le Canada, le Japon, Israël, le Qatar, le Royaume-Uni… Sans compter les 100 millions de doses promises début août aux Etats-Unis.

« C’est qu’il y a plein de choses administratives, les dossiers, des trucs, des alignements entre les pays et c’est juste compliqué à gérer quand vous êtes 27 par rapport à quand vous êtes tout seul », dit Stéphane Bancel. Il compare au Canada : entre les premières discussions avec les médecins de Moderna et la signature du contrat, « ça a mis deux semaines ».

Les Etats-Unis espèrent vacciner 20 millions de personnes d’ici fin 2020

La perspective de premières vaccinations contre le Covid-19 aux Etats-Unis d’ici la fin de l’année se concrétise : après Pfizer/BioNTech la semaine dernière, la société de biotechnologie américaine Moderna a annoncé lundi que son vaccin était efficace à 94,5 %.

Les deux vaccins pourraient être autorisés par l’Agence américaine des médicaments (FDA) dans la première quinzaine de décembre, a dit lundi Moncef Slaoui, responsable scientifique de l’opération Warp Speed, montée par le président Donald Trump pour vacciner la population américaine.

Cela permettrait de vacciner 20 millions d’Américains, en priorité sans doute les plus âgés et à risque, dès la seconde quinzaine de décembre, selon lui, puis 25 millions de personnes par mois à partir de janvier, a-t-il dit sur la chaîne MSNBC.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous