Coronavirus: les professions libérales réclament d’urgence un droit passerelle

Coronavirus: les professions libérales réclament d’urgence un droit passerelle
Dominique Duchesnes.

L’Union des professions libérales (UNPLIB) s’insurge devant le manque de moyens de compensation mis à la disposition des titulaires de professions libérales en cette période de crise et réclame d’urgence un droit passerelle, fait-elle savoir mardi dans un communiqué.

« Les prestataires de soins de santé de première ligne sont confrontés à des remises de rendez-vous en cascades et les collègues indépendants qui professent au sein d’infrastructures hospitalières ou d’écoles ont vu leurs institutions fermer leurs portes. Les autres titulaires de professions libérales sont logés à la même enseigne. Ils peuvent continuer à travailler, mais plus personne ne fait appel à leurs services », est-il indiqué dans le communiqué.

« Les drames sont omniprésents », insiste l’UNPLIB, et « nos fédérations affiliées croulent sous les supplications de membres au bord du gouffre. Quid des loyers, du remboursement des emprunts immobiliers et du matériel professionnel, du paiement des cotisations sociales, sans oublier le droit légitime à une vie non marginalisée ? », s’interroge-t-elle.

L’UNPLIB exhorte ainsi les autorités fédérales et régionales à réactiver de toute urgence le droit passerelle, avec un effet rétroactif au 1er novembre, de même que l’octroi d’une prime régionale nette.

Sur le même sujet
Social
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous