A Louvain-la-Neuve, se libérer de la tenaille de la voiture

Travaux de construction de la nouvelle route entre l’E411 et le centre de LLN. En-dehors du centre, la voiture est reine.
 
Le choix de la rédaction
  1. Le Premier ministre Alexander De Croo a défendu une «approche prudente et réaliste», selon ses termes.

    Codeco: ça a chauffé autour de la réouverture des terrasses

  2. C’est par des vidéos postées depuis plusieurs semaines sur les réseaux sociaux que les restaurateurs annoncent leur intention de rouvrir dès le 1er mai, une désobéissance que la décision du Comité de concertation ne ferait que renforcer.

    Horeca: des professionnels déterminés à désobéir… et des bourgmestres peu enclins à réprimer

  3. Le 19 avril les élèves de la maternelle à la deuxième secondaire retrouveront les chemins de l’école à temps complet. © Belga.

    Bulles sociales, écoles, activités à l’extérieur, voyages et couvre-feux: tout ce qui va changer (infographie)

La chronique
  • La chronique «Enjeux»: «Savoir où nous allons»

    Le covid est sans doute l’un des plus grands défis lancés aux démocraties occidentales depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais, paradoxalement, au-delà des débats d’experts et des chamailleries politiciennes, la pandémie a surtout révélé l’absence d’un « grand récit », de cette interprétation du moment et du monde, de cette affirmation de valeurs et d’objectifs, qui permettent à des sociétés désemparées de se rassembler, au-delà de leurs différences et de leurs différends.

    Aucun grand discours n’est venu donner du sens à la crise, alors que l’incertitude aurait mérité autre chose que des déclarations convenues et des consignes techniques. Certes, on n’est pas en guerre. Il n’y a donc pas eu d’appel du 18 juin. Il n’y a pas eu non plus de harangue épique à la hauteur du discours des « heures sombres » prononcé par Winston Churchill le 4 juin 1940 à la Chambre des Communes. Ni d’exposé grave comme celui de Franklin Roosevelt le 6 janvier 1941 sur les Quatre Libertés, dont celles, tellement d’actualité, de « vivre à l’abri du besoin et à l’abri de la peur...

    Lire la suite

  • Zut, on déconfine

    A quoi reconnaît-on une personne déprimée ? Même les bonnes nouvelles ne lui rendent pas le sourire.

    Ce sentiment de blues généralisé domine largement après les annonces du Comité de concertation de mercredi. Les écoles rouvrent ? Bof. Les terrasses vont s’égayer ? Ah bon. Le couvre-feu va sauter ? Soit.

    Mais que se passe-t-il dans un pays plutôt réputé pour sa bonne humeur ? Il se passe d’abord que le Comité de concertation a pris la...

    Lire la suite