Accueil Opinions Éditos

La fraude offshore prend aujourd’hui un goût de sang

Ce que l’administration fiscale nous dit aujourd’hui, c’est qu’elle a tout bonnement été incapable, faute de preuves, faute de moyens, de poursuivre les fraudeurs que nous révélions en 2013 dans l’OffshoreLeaks.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Les fraudes offshore que nous révélons aujourd’hui ont un goût de sang. Fraudes pétrolières en Angola, trafic de fournitures militaires à la Syrie, crimes odieux couverts par le silence des sociétés écrans. Mais la situation belge n’est pas moins sanglante, et permettez que nous présentions à MM. Michel et Di Rupo la réalité des chiffres.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Fernand Stenuit, lundi 4 avril 2016, 23:01

    Tout à fait d'accord , il faut rendre l'administration plus efficace . Mais les nominations politiques , les protections mème en cas de dysfonctionnement , d'absences injustifiées , d'incapacité de faire, d'obstacles au travail de ceux qui en veulent , de protections syndicales etc..rendront la tache très lourde .Il faut requalifier l'administration (par exemple , dans l'informatique) Mais il faut vouloir le faire .

  • Posté par Bernard HEUNDERS, lundi 4 avril 2016, 18:18

    Bravo !

  • Posté par PETITJEAN CHARLES, lundi 4 avril 2016, 11:24

    Clair, net, sans langue de bois, en plein dans le mille. Merci Mr Lallemand. Si vos révélations et votre analyse pouvaient provoquer la révolte des petites gens, sacrifiées sur l'autel des privilèges injustes par des citoyens véreux et des politiciens complices, nous pourrions, comme en1789, assister à la fin du nouveau "ancien régime".

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs