Néonicotinoïdes - Nouvelle dérogation pour l'imidaclopride: "une décision honteuse" (associations)

Interdits par l'Europe depuis 2018 pour protéger les abeilles, les néonicotinoïdes ont déjà fait l'objet de plusieurs dérogations. Face à une nouvelle demande introduite par l'association interprofessionnelle de la betterave et du sucre, le nouveau ministre fédéral de l'Agriculture, David Clarinval (MR), avait laissé entendre qu'il s'en remettrait au comité d'experts du SPF Santé publique. Ce dernier a rendu un avis favorable mardi.

Les agriculteurs jugent cette exception nécessaire pour lutter contre la jaunisse de la betterave, prétextant que cette dernière était responsable de la perte de rendement en sucre de la saison 2020.

"Rien ne prouve que c'est l'unique cause", répondent Nature & Progrès et Pesticide Action Network (PAN) Europe, qui vont à nouveau se tourner vers le Conseil d'Etat.

Pour elles, la baisse de rendement s'explique majoritairement par la sécheresse du printemps et de l'été, de fortes attaques du feuillage, un hiver doux favorable aux pucerons ou encore la faible présence de prédateurs comme les coccinelles.

Les associations rappellent que la Commission européenne a par ailleurs initié une enquête pour usage abusif de ce type de dérogation en Belgique et dans plusieurs autres Etats européens.

Tout en soulignant les conséquences désastreuses des néonictinoïdes pour la biodiversité, elles martèlent que des alternatives existent pour faire face aux pucerons responsables de la jaunisse. Une position à l'opposé de celle de la Fédération wallonne de l'agriculture.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous