Romelu Lukaku: «On a appris à gagner différemment»

Photo News
Photo News

Romelu, on a vu et surtout entendu que vous étiez le vrai leader de cette équipe. Par vos buts, bien sûr, mais aussi par votre mentalité qui consiste à ne pas snober cette compétition qui, pour certains, s’apparente avant tout à du business…

Je suis un gagnant et j’essaie toujours de remporter mes matchs, ou de faire gagner l’équipe. Peu importe le contexte ! Je l’ai encore fait aujourd’hui, notamment à la mi-temps où j’ai rappelé à tout le monde qu’on n’était pas bien dans notre match, qu’on pouvait et devait faire mieux. La Ligue des Nations nous fait parfois râler parce que ce sont des matchs en plus dans un calendrier déjà chargé et on voit qu’il y a beaucoup de blessés au sein des différentes sélections mais il faut changer nos mentalités, toujours prendre chaque match avec sérieux ce qu’on fait de plus en plus.

Parfois, vous jouez de manière différente, vous gagner de manière différente aussi, non ?

Je trouve qu’on a bien progressé défensivement ces derniers temps mais aussi qu’on a appris à gagner différemment, parfois en souffrant, en laissant la possession à l’adversaire et en se montrant plus réalistes via les contres. Mais qu’on ne se méprenne pas pour autant : on reste une équipe qui aime avoir le ballon, qui aime jouer de manière offensive.

Vous en êtes à 57 buts en sélection. La barre des 100 buts, c’est un objectif envisageable à terme ?

Je ne me fixe pas d’objectifs personnels en termes de but. Je voulais atteindre celui de Van Himst mais maintenant, ce qui compte, c’est de gagner les matchs avec la Belgique. On a encore franchi un palier en atteignant les demi-finales de la Ligue des Nations mais il est encore trop tôt pour, déjà, en parler. Avant cela, il y aura le tirage au sort des groupes pour le Mondial et l’Euro, notamment. Mais le match le plus important, pour moi, ce sera celui de ce week-end face au Torino.

Finalement, ce qui étonne le plus, c’est quand vous ne marquez pas comme face à l’Angleterre, non ?

Oui, mais là, je n’avais disputé qu’un seul entraînement avec les Diables et un seul avec l’Inter en deux semaines. Je manquais de rythme mais je voulais aider l’équipe. Aujourd’hui, on a vu que c’était déjà nettement meilleur…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous