Adaptez-vous au temps

shutterstock_1715510914
 
Le choix de la rédaction
  1. Pour Bruno Humbeeck, il est «important de prendre le temps de demander aux élèves comment ils vont, et de les consulter».

    Une génération sacrifiée à cause du covid? «Faux, c’est un discours dangereux et délétère pour l’ado qui entend cela…»

  2. La mesure profite aux ménages qui consomment peu d’eau, à hauts et bas revenus, mais pas forcément aux plus pauvres, selon une étude.

    Bruxelles: une tarification de l’eau arbitraire et peu écologique

  3. Le Comité de concertation, une structure lourde, compliquée mais qui, avec tous ses défauts, a permis de maintenir une relative paix communautaire au plus fort de la pandémie.

    Coronavirus: le Comité de concertation, un mal nécessaire qui se cherche un successeur

La chronique
  • Au-delà de la tribune des militaires, le néofascisme dans le texte

    Entre 1965 et 1976, j’ai, en tant que journaliste grand reporter (qualificatif ridicule, soit dit en passant), couvert tous les coups d’Etat militaires qui, de la Grèce au Chili, du Brésil à l’Argentine, en passant par le Cambodge (et préalablement par l’Indonésie), portèrent au pouvoir des dictateurs galonnés.

    Dans tous les cas, c’est l’activisme d’une certaine ultra-gauche qui, en affaiblissant le camp démocrate, en l’isolant de sa base populaire et en servant d’alibi aux militaires d’extrême droite fit le jeu de ces juntes fascisantes.

    Or, à quoi assiste-t-on ces jours-ci en France ? A une sorte de remake caricatural, à la fois lamentable et ridicule, de ces tragiques événements : des gradés militaires extrémistes, généraux à la retraite compris, qui, arguant du « délitement généralisé », selon eux, de la situation sécuritaire et des excès de l’extrême gauche, évoquent l’éventuelle nécessité d’une intervention de l’armée d’active pour éviter une guerre civile dont ils précisent qu’elle ferait des milliers de morts....

    Lire la suite

  • Mieux vaut créer l’adhésion que des barricades

    La réouverture des terrasses a fait des heureux tout au long du week-end. Liberté certes encadrée, limitée, mais liberté tout de même qui a fait un bien fou après ces mois de confinement. Refaire le monde autour d’une bière fait partie de l’aventure humaine.

    Certains ont toutefois outrepassé les règles. Place Sainte-Croix, à Ixelles, un rassemblement de 500 personnes a été dispersé durant la nuit de samedi à dimanche par la police. A Houyet, les forces de l’ordre ont mis fin à une vaste rave...

    Lire la suite