Accueil Opinions Chroniques Vous avez de ces mots

La chronique «Vous avez de ces mots: «{Click & Collect}, peut-on mieux dire?

Une question pour le prochain Comité de concertation (des usagers de la langue française) : le « click & collect » est-il ou non essentiel ?

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

Ce deuxième confinement est l’occasion de nous poser des questions sur notre mode de vie au temps du coronavirus. Par exemple, au sujet de nos habitudes de consommation : ne voilà-t-il pas que nous discutons à l’envi de ce qui distingue les commerces essentiels et ceux qui ne le seraient pas !

Pour les commerces catalogués comme « non essentiels », l’adage « Primum vivere deinde philosophari » l’emporte sur toute autre considération. En temps de crise, l’innovation est de mise et elle prend la forme du « click & collect ». Du quoi ? s’étrangle un lecteur allergique à cette appellation cliquetante venue du (mauvais) côté du Channel. Keep it chill, bro ! Ce billet va remettre les pendules à l’heure de Panam.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par ROELANTS HUBERT, vendredi 27 novembre 2020, 11:28

    CLICOLLECTE, tout simplement.

  • Posté par Delandtsheer Jean, samedi 21 novembre 2020, 13:23

    Je vois 3 axes pour pour ma réponse: 1) "commander d'abord" (hygiène) 2) "collecter" 3) le k de click 1) l'essentiel est de séparer: a- le choix (éclairé par les propositions du commerçant) et la commande b- la préparation de la commande c- l'enlèvement .. (le paiement peut être réparti entre a et c avec une répartition allant de 0 à 100 % et de 100 à 0%) .. les expressions "x AND y" ne soulignent pas assez cette séparation .. il faudrait remplacer la conjonction de coordination ET par l'adverbe PUIS . Outre cet aspect temporel, le mot clic(k) introduit une technologie de commande peut-être à la mode mais pas nécessairement moins hygiénique que le téléphone ordinaire ou le courrier postal. Le creusement du fossé numérique est encore amplifié par cette attitude "pro-informatique". 2) Le mot "collecter" a en français un sens de rassemblement, de pluriel, comme si le consommateur devait encore prendre quelle que chose par ci et autre chose par là et tout rassembler. Les verbes "prendre" "emporter" "enlever" et les substantifs "livraison" "reprise" "enlèvement" conviennent mieux. La partie du site immobilier affecté à la mise à disposition des marchandises (comptoir/ emplacement pour arrêt d'un véhicule .. ) peut faire allusion à l'enlèvement .. sans indiquer le mode de commande 3) le cas du K ... c'est quoi ce truck dans clicK and Kolleckt ? ?

  • Posté par Léotard Marc, samedi 21 novembre 2020, 13:19

    1. Quand j'étais petit, le football (mot anglais) résonnait de "keeper", de "back", de "score", de "corner", de "off-side" (prononcé "ofsijd" a Bruxelles), de "penalty" et de "goalkick". J'ai vu progressivement la francisation volontaire du vocabulaire. Pourquoi cela a-t-il réussi ? Parce qu'un groupe influent, les journalistes sportifs, se sont mis d'accord pour utiliser systématiquement les nouveaux termes. Ils ont compris que Le Bon Usage, ça marche dans les deux sens : le commun des mortels s'habitue et adopte l'usage auquel on le confronte. — 2. Une autre réussite notable est celle du vocabulaire informatique. Ce dernier mot est exclusivement français : partout ailleurs on dit "computer". Idem pour le mot "ordinateur". J'ignore par qui et comment ces mots ont été créés et diffusés, mais bravo pour l'efficacité. On dit aussi "souris", parce que la traduction suffit à renvoyer l'idée originelle. Mais hélas on a hérité de "bug" et (horresco referens !) "chat" qui, outre sa prononciation non française, crée la confusion avec notre félin préféré. De cet exemple, je suggère que des francisations trop imitatives de l'anglais ont moins de chance de percer que des créations originales. — 3. Il faut aussi respecter la nature du Français. Les langues germaniques privilégient les mots ou expressions "valises", à savoir la succession de plusieurs mots existants pour générer un nouveau concept. Le français aime mieux recourir à son fonds étymologique gréco-latin et l'adoption de préfixes et suffixes. Plutôt que "couper-coller" je préfère "sectinsertion", par exemple. — 4. Il faut aussi que les créations ne soient pas ambiguës ou ridicules. Les Québécois et l'Académie ont voulu remplacer « weekend » par « dominique » ; cela n'avait évidemment aucune chance de percer. Comment ne s'en sont-ils pas rendu compte ? Tour d'ivoire ! Même chose avec « mercatique » pour « marketing ». —4. Notre langue fourmille de termes étrangers. « Zeitnot », « leitmotiv », « spaghetti », « adagio », « kern », « apartheid », «whisky », « vodka » « gin » et « tequila ». Et puis il y a les inutiles « manager », « coach » (et coaching!), « dancefloor », « CEO » et les abominables « testing » et « tracing ». Les premiers dénotent une ouverture internationale et une connaissance des langues. Les autres témoignent au contraire d'une paresse de traduire et d'une méconnaissance de sa propre langue : gérant, dépistage, PDG, etc. Il faut donc séparer le bon grain de l'ivraie. Dans quelle catégorie tombe « click-and-collect »? —— Conclusion : un peu de "lateral thinking" (sic). Le néologiste doit s'abstraire du terme anglais et ne considérer que l'essence de ce qu'on cherche à nommer. En ce cas d'espèce, oublions le "click" car ce qui compte n'est pas le geste du doigt mais la commande par internet.

  • Posté par Rahier Pierre, mardi 24 novembre 2020, 14:37

    Pour défendre le français, on commence par ne pas lui coller de majuscule. La majuscule, c'est pour l'homme qui habite en France : il est Français et parle français. Pour le reste, je déplore l'omniprésence des anglicismes inutiles ou fautifs. Tracing en est un parmi d'autres.

  • Posté par Marlier Jacques, samedi 21 novembre 2020, 19:17

    Oh! Que je suis d'accord avec vous! Merci infiniment pour cette intelligente défense de la langue française, dont vous attendez manifestement qu'elle cherche tout simplement à être la plus claire possible pour les francophones. Je soutiens aussi à 100% cette condamnation de "la paresse de traduire et de la méconnaissance de sa propre langue". Merci, merci, merci!

Plus de commentaires

Aussi en Vous avez de ces mots...

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs