Accueil Société

Pas de bol d’air pour les prisons dans la nouvelle «loi corona justice»

Contrairement à l’arrêté de pouvoirs spéciaux pris en avril dernier, qui avait permis une baisse de 11 % de détenus dans les prisons surpeuplées, le projet de loi Corona ne permettra, s’il est adopté tel quel, qu’à très peu de prisonniers de sortir. Les congés pénitentiaires seraient par ailleurs supprimés jusqu'à fin mars 2021.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, travaille sur une « loi corona » depuis la reprise de la pandémie. Les familles de détenus qui l’attendaient impatiemment seront déçues : le projet de loi ne comprend pas de congés pénitentiaires exceptionnels tels que durant la première vague, hormis pour ceux dont le fond de peine intervient dans les six prochains mois, pour autant que l’intéressé ait atteint la date d’admissibilité à la libération conditionnelle. Les congés, les permissions de sorties (en ce compris, celles déjà accordées par le tribunal de l’application des peines) et les détentions limitées pour les détenus et les internés seront, si ce projet de loi est adopté, tous suspendus jusqu’en mars 2021, sauf pour raisons humanitaires ou quand la suppression du congé risque de mettre en péril le reclassement du détenu.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Wafellman Fabienne, jeudi 19 novembre 2020, 12:42

    C'est inhumain ! S'ils sont en prison, ce n'est en général pas pour rien cependant les conditions de détentions sont déjà loin d'être idéales alors les priver en plus de contacts familiaux, c'est inhumain.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs