Asile et migration - Les syndicats plaident pour un permis unique pour lutter contre la pénurie de personnel

Dans l'état actuel, l'octroi du permis de travail relève des régions, alors que la demande d'asile revient au fédéral. Pour exposer le malaise, les syndicats ont pris pour exemple le cas de Farouk Marouf, originaire du Bénin. Diplômé en tant qu'infirmier depuis janvier, il a reçu une promesse d'emploi en CDI de la part du CHU de Liège. Mais il ne peut pas exercer, car sa profession n'est pas considérée comme en pénurie. Il doit donc d'abord obtenir un permis de séjour, ce qui lui a été refusé.

Son avocat a déposé un recours auprès des autorités wallonnes afin qu'un permis unique lui soit octroyé. Cette demande a ensuite été relayée par la ministre wallonne de l'Emploi, Christie Morreale, auprès du Secrétaire d'Etat à l'Asile, Sammy Mahdi.

La situation n'étant toujours pas résolue, les syndicats ont donc décidé de se mobiliser. Ils demandent d'urgence l'élargissement des métiers en pénurie aux métiers du soin. Ils réclament également la lecture stricte d'un article issu d'un accord de coopération qui permettrait à la Région wallonne de se prononcer uniquement sur le volet travail. Et ainsi amener l'Office des étrangers à se prononcer sur le volet séjour, en tenant compte des besoins réels du marché.

Enfin, les représentants des travailleurs demandent à Christie Morreale de continuer à porter la revendication de permis unique pour les métiers "essentiels" auprès du gouvernement fédéral.

Me Vincent Lurquin, l'avocat de Farouk Marouf, n'exclut pas d'aller au Conseil d'Etat dans le cas où un permis de travail serait accordé par la Wallonie et que le permis de séjour serait refusé par le fédéral. "Ce ne serait pas légitime et évidemment intenable au vue des pénuries que nous connaissons. Je pense dès lors que le Conseil d'Etat pourrait nous donner raison", a-t-il souligné.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Va-t-on construire un Legoland sur l’ancien site de Caterpillar
?

    Charleroi: le site de Caterpillar se cherche un avenir

  • d-20200122-3YF45A 2020-01-22 17:47:41

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Charleroi: une lente remontée pour la Ville Basse

  • Depuis la début de la crise sanitaire, c’est sur Zoom ou sur Skype que les candidats ont dû défendre leurs qualités et compétences.

    Par Cécile Danjou

    Emploi

    Comment la crise a accéléré le recrutement 2.0

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous