Un Belge sur deux n’a jamais entendu parler des perturbateurs endocriniens

Un Belge sur deux n’a jamais entendu parler des perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques capables d’interférer avec notre système hormonal et de l’affecter durablement, parfois gravement. Même à des doses très faibles, non toxiques de manière aiguë, ils peuvent affecter la reproduction, le comportement, la nutrition, le système nerveux ou la croissance d’un organisme vivant dont l’homme. Ces substances peuvent se retrouver dans de nombreux produits : emballages, vêtements, jouets… Or, elles sont méconnues. En Europe, 145.297 produits chimiques ont été enregistrés en 2017. A peine 1 % d’entre eux ont été étudiés pour leurs propriétés toxicologiques jusqu’à présent.

Il faut non seulement en connaître davantage, mais aussi mieux informer sur la réduction des risques. Selon un sondage réalisé pour les Mutualités libres, un Belge sur deux n’a jamais entendu parler des perturbateurs endocriniens. Deux sur trois, environ, ne sont pas conscients que les perturbateurs endocriniens peuvent avoir un impact négatif sur la santé ou le développement des bébés, des enfants et des adolescents. Pour les Mutualités, la Belgique doit « donner l’exemple » en se dotant d’un « cadre juridique clair évitant de prendre des risques inutiles et se concentrant sur la protection de la santé publique ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous