Etat de droit en Pologne: la Wallonie et la FWB ferment leur représentation officielle à Varsovie

Etat de droit en Pologne: la Wallonie et la FWB ferment leur représentation officielle à Varsovie
Photo News

Les ministres-présidents wallon et de Fédération Wallonie-Bruxelles ont pris la décision de faire fermer, pour une durée indéterminée, la Délégation Générale Wallonie-Bruxelles dans la capitale polonaise, Varsovie. Il s’agit de la représentation politique officielle Wallonie-Bruxelles en Pologne.

Elio Di Rupo et Pierre-Yves Jeholet souhaitent ainsi réagir aux « dérives multiples du pouvoir polonais ces dernières années », principalement dans le domaine de la Justice, avec une réforme controversée accusée par l’Europe de miner l’indépendance du judiciaire, mais aussi en ce qui concerne les droits des personnes LGBTI. Les communes qui s’auto-déclarent « libres de l’idéologie LGBT » ne sont en effet pas rares en Pologne, un phénomène que le gouvernement dominé par le PiS (parti Droit et Justice) ne décourage pas.

Via communiqué, les ministres-présidents évoquent également « des atteintes de plus en plus nombreuses à la liberté de la presse », autant d’exemples d’un pouvoir polonais « qui menacent les valeurs européennes et qui contreviennent au principe de l’État de droit ».

En plein débat européen sur le budget

L’annonce tombe en plein débat européen sur le budget et l’instrument de relance de l’UE, bloqués cette semaine par la Pologne et la Hongrie en opposition à un mécanisme liant les fonds au respect de l’Etat de droit. Varsovie et Budapest se sentent particulièrement menacées par ce mécanisme, d’autant plus que les deux Etats font l’objet d’une procédure « article 7 » pour les menaces observées aux principes de l’Etat de droit.

« La fermeture de notre représentation politique officielle, c’est un signal politique fort que nous voulons adresser aux autorités polonaises mais il n’est pas question d’abandonner, dans un pays où l’État de droit est bafoué, les acteurs de terrain polonais (académiques, culturels, sociétaux et économiques) qui partagent nos valeurs, une présence sans diplomate chef de poste y sera donc maintenue », précisent Elio Di Rupo et Pierre-Yves Jeholet.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous