Le prix du porc à un plus bas historique

La peste porcine, une maladie mortelle pour l'animal mais sans danger pour l'homme, est apparue en septembre en Allemagne. Nos voisins ne peuvent donc plus exporter de viande vers la Chine notamment, ce qui entraîne une saturation du marché sur le continent européen.

La fermeture des établissements horeca un peu partout en Europe pour endiguer la propagation du coronavirus fait également baisser la demande en porc.

Les prix atteignent donc des niveaux planchers. La semaine passée, un éleveur pouvait encore prétendre à 85 centimes par kilo de porc. Aujourd'hui, il ne touchera même pas 80 centimes, un plus bas historique, selon Wouter Wytynck, du Boerenbond.

Le marché est "complètement faussé", estime pour sa part Bart Vergote, responsable sectoriel au Algemeen Boerensyndicaat, un autre syndicat agricole flamand.

Les éleveurs porcins sont confrontés à un autre problème: une capacité d'abattage réduite dans les abattoirs en raison de la crise sanitaire. Les fermiers doivent donc garder leurs bêtes plus longtemps. Les cochons deviennent alors trop gras et la viande ne satisfait plus à tous les critères de qualité. Les éleveurs ne peuvent pas réclamer autant qu'en temps normal pour leurs bêtes. Bart Vergote craint que la capacité d'abattage ne baisse encore plus en fin d'année. Les éleveurs ne sauront plus quoi faire de leurs animaux.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous