Comeos satisfait de la sécurité juridique fiscale pour les plateformes de partage

Depuis l'annulation de la loi complémentaire par la Cour constitutionnelle le 23 avril dernier, un flou juridique régnait concernant ces plateformes de partage. Avec cette loi fiscale adoptée vendredi, l'ancienne loi De Croo de 2016 sera entièrement restaurée et les coursiers et travailleurs de ces plateformes paieront encore 10% de précompte à partir du 1er janvier 2021 (soit 20% de précompte moins 50% de frais professionnels fixes), détaille Comeos.

D'après Dominique Michel, le patron de la fédération, la Belgique avait été, en 2016, l'un des premiers pays à introduire un cadre juridique pour les activités complémentaires via une plateforme de partage. "Des prestations, d'un montant maximum d'environ 6.000 euros par an, pouvaient être effectuées avec un précompte libératoire de 10% de facto. Cette loi fiscale crée une sécurité juridique pour les milliers de coursiers de Deliveroo et Uber Eats, qui livrent de nombreux repas en toute sécurité à domicile en ces temps de corona", souligne-t-il.

Depuis, 72 plateformes ont déjà été reconnues par le SPF Finances, ce qui permet de gérer et de contrôler correctement ces activités. "Nous pouvons constater parmi nos membres que les plateformes de services d'épicerie, de bricolage, etc. sont de plus en plus populaires auprès des consommateurs, et je suis donc satisfait que le gouvernement permette le développement de ce type de services", conclut Dominique Michel.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous