Coronavirus: Espagne, Italie, Pays-Bas… le point sur la pandémie en Europe

Coronavirus: Espagne, Italie, Pays-Bas… le point sur la pandémie en Europe

Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a affirmé qu’une partie « très substantielle » des Espagnols seraient vaccinés contre le Covid-19 d’ici à la fin du premier semestre 2021.

Par ailleurs, la compagnie pharmaceutique chinoise Sinopharm a indiqué que près d’un million de personnes avait déjà bénéficié d’inoculations « d’urgence » de ses deux vaccins expérimentaux, sans fournir de données cliniques sur leur efficacité.

Aux Etats-Unis, l’immunologue Anthony Fauci a assuré que les vaccins développés par Pfizer/BioNTech et par Moderna, bien que développés en un temps record, n’en restaient pas moins sûrs.

Les pays du G20 doivent aider à combler un manque de 4,5 milliards de dollars dans le fonds de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), pour notamment distribuer des vaccins contre le coronavirus, ont exhorté plusieurs dirigeants dont la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

France : pic sans doute franchi

Le pic de la seconde vague en France a vraisemblablement été franchi, a indiqué vendredi l’agence sanitaire Santé publique France, appelant toutefois à maintenir les « mesures de prévention ».

Autriche : dépistage massif

L’Autriche a commandé sept millions de tests antigéniques et son armée va mener une campagne massive de dépistage volontaire pour éviter un nouveau confinement. « Nous voulons permettre aux gens de fêter Noël (…) ; les tests de masse constituent désormais une option efficace de substitution aux confinements », a expliqué le chef du gouvernement Sebastian Kurz.

Italie : dépistage régional

La région italienne autonome du nord de l’Italie Trentin-Haut-Adige, classée en « zone rouge », a entamé une campagne massive de dépistage qui durera jusqu’à dimanche, dans le but de tester 70 % de sa population sur une base volontaire.

Portugal

L’état d’urgence sanitaire en vigueur au Portugal depuis le 9 novembre a été prolongé vendredi, jusqu’au 8 décembre inclus, et devrait même s’étendre au-delà de cette date, alors que le gouvernement doit encore préciser les mesures qui s’appliqueront à partir de mardi.

Selon des chiffres communiqués mercredi par la ministre de la Santé, Marta Temido, la propagation du virus était 2,5 fois plus importante dans le nord du Portugal que dans le centre du pays ou dans la région de Lisbonne, et quatre fois plus importante que dans le sud.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous