Immobilier: même confinés, les Belges achètent toujours en Espagne

Immobilier: même confinés, les Belges achètent toujours en Espagne
Photo News

Les Belges ont acheté plus de résidences secondaires en Espagne sur les trois premiers trimestres de 2020 que sur toute l’année 2019, selon les dernières statistiques espagnoles rapportées samedi par L’Echo.

Si, au cours du deuxième trimestre, lorsque les frontières ont été fermées en raison de la pandémie de coronavirus, les chiffres de vente ont nettement chuté, avec à peine 475 ventes finalisées par des acquéreurs d’origine belge (-44 % par rapport au 1er trimestre), une véritable course de rattrapage a commencé cet été, dès la réouverture des lignes aériennes et des frontières.

Pour preuve, les notaires espagnols ont enregistré pas moins de 961 acquisitions belges en juillet, août et septembre. Sur les trois premiers trimestres, 2.283 Belges ont acquis une seconde résidence en Espagne, soit une moyenne de huit par jour.

En 2018, les acquisitions belges sous le soleil espagnol avaient toutefois dépassé la barre symbolique de 4.000 actes.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Depuis 2017, l’inspection du travail bruxelloise est autorisée sous certaines conditions strictes à «piéger» les entreprises sur lesquelles pèsent des soupçons de discrimination à l’embauche.

    Marché de l’emploi: les tests anti-discrimination peinent à faire leurs preuves

  2. L’idée d’un «passeport vaccination» permettant de voyager librement a d’abord été lancée par le Premier ministre grec, le conservateur Mitsotakis.

    Coronavirus: un «passeport vaccinal»? L’UE planche sur un outil pour la médecine, pas (encore?) sur un sésame

  3. Dans cette école primaire d’Edegem, les enfants n’ont pu entrer dans les locaux que pour se faire tester, de même que leurs parents.

    Coronavirus: le combat contre le variant anglais se met doucement en place

La chronique
  • «Lettre de la City»: Grâce au Covid, ils sont devenus rois

    Par Marc Roche

    Un chef doit toujours être un poète. Il doit parler au nom des dieux, des génies et des esprits des morts », philosophait le sergent Learoyd, le mercenaire fou aux yeux gris, héros de L’adieu au roi de Pierre Schoendoerffer qui, dans la jungle de Bornéo, s’était taillé un royaume à sa mesure.

    Les aventuriers des matières premières n’ont probablement pas cette ambition poétique, eux qui poursuivent leur chimère : devenir roi à leur tour. Contrairement au cinéma, les rêves d’empire se terminent parfois bien sur le terrain économique. La pandémie a permis aux grandes enseignes mondiales du négoce en matières premières d’enregistrer des bénéfices records. Les grandes sociétés de trading – Vitoil, Trafigura, Gunvor, Glencore ou Mercuria – ont su tirer profit à bon escient de l’énorme volatilité des prix depuis le printemps 2020, en particulier du pétrole et des métaux. Les revenus, qui ont doublé et parfois triplé lors de l’année écoulée, sont dans l’ascenseur.

    Le malheur des uns fait le bonheur des autres....

    Lire la suite

  • Le sens des autres…

    Après moi les mouches ? C’est hélas ce que l’on doit constater. 5.000 Belges sont désormais en quarantaine forcée en raison de foyers du variant britannique du covid déclarés à Kontich et Edegem. D’où la décision de mettre « hors circuit » 1.450 étudiants, 250 membres du personnel et tous les membres de leur famille. Pour le bourgmestre de Kontich, « on connaît la cause de cette contamination, des gens revenus de vacances et qui ne sont pas allés en quarantaine ».

    Aucune...

    Lire la suite