Accueil Société

Ouverture du procès de l’affaire Mawda: «Je veux que le policier soit jugé pour meurtre»

L’avocate des parents de la petite Mawda estime qu’il est jugé à la place de l’Etat mais va quand même demander à requalifier les faits en meurtre au lieu d’homicide involontaire. Le procès commence ce lundi.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Les débats risquent d’être houleux et tendus ces lundi et mardi devant la 6e chambre du tribunal correctionnel du Hainaut, à Mons, où se tient le procès de l’affaire Mawda, la petite fille kurde âgée de 2 ans tuée par un tir policier lors d’une course-poursuite entre la police et une camionnette transportant des migrants, le 17 mai 2018, sur la E42.

Le policier est poursuivi pour homicide involontaire. Deux hommes, le conducteur de la camionnette qui transportait les migrants et le passeur, sont poursuivis pour entrave méchante à la circulation avec circonstance aggravante de mort. Le chauffeur est en état de récidive suite à une condamnation, le 8 juillet 2016, à Dunkerque, ce qui constitue une circonstance aggravante. Ils ont été extradés de Grande-Bretagne et des Pays-Bas pour pouvoir être jugés en Belgique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

54 Commentaires

  • Posté par André MASSIN, mardi 24 novembre 2020, 18:57

    Peut-être tous les donneurs de leçons devraient ils se pencher sur les prérogatives discrètes mais réelles d'un autre service de l'état également armé qui, lui, ne traque que les fraudeurs ; j'ai nommé les douanes. Leurs illusions sur les droits de l'homme risquent d'en prendre un coup... Nous n'avons dans ce pays manifestement pas ou plus les bonnes priorités en matière de sécurité et de maintien de l'ordre public. Dans ce merveilleux état "de droit" où le policier doit être armé durant son travail mais a tout intérêt à ne jamais employer cet accessoire diabolique et où ce même policier devient magiquement irresponsable dès sa fin de service au point de devoir laisser son arme au bureau ; irresponsabilité qui prend, toujours magiquement, fin dès sa pause de service suivante et ainsi de suite... Mais tout ce débat n'aurait pas lieu si nos dirigeants politiques cessaient le politiquement correct et faisaient une bonne fois pour toute taire une certaine frange polémiste de la magistrature en votant un texte clair qui élève de manière irréfragable le refus d'obtempérer aux injonctions policières au rang de rébellion violente en légitimant au passage l'usage des armes dans ce cadre au lieu de toujours chercher à se raccrocher à la seule notion de légitime défense "proportionnée" de soi-même ou d'autrui auréolée de son flou artistique et de ses approximations typiquement belges et de sa jurisprudence fantasque. Prenez vos responsabilités mesdames et messieurs les élus ! Donnez à la police un cadre de travail juridiquement limpide et vous verrez les "bavures" disparaître miraculeusement. Pour le surplus, cela ne coûterait absolument RIEN au contribuable ; pour une fois.

  • Posté par Seghers Eric, mercredi 25 novembre 2020, 15:30

    Tout à fait d’accord avec vous .

  • Posté par Duquesne Claude, lundi 23 novembre 2020, 20:10

    Et bien, qu'il soit jugé pour meurtre (et bien entendu innoncenté !) et que les parents, illégaux, soient renvoyés illico dans leur pays et conviés à rembourser a l'état belge tours les frais directs ou indirects de leur "séjours" ainsi qu'au paiement des amendes pour entrée illégale dans le pays. Et si ils ne savent pas payer, que les les soutiens fassent une cagnotte pour les suppléer.

  • Posté par Emile Herman, mardi 24 novembre 2020, 8:59

    Ils ont donné la vie de leur enfant espèce de pauvre merde, ce n'est pas assez ?

  • Posté par Hayne Jean, lundi 23 novembre 2020, 16:21

    Mes regrets pour la mort de cet enfant , mais toute la responsabilité revient au chauffeur qui n'a pas répondu au injonctions de la police. S'il s'était arrêté au lieu de fuir cela ne se serait passé. IL ne faut pas tout remettre sur le dos de la police qui n'a fait que son devoir , d'intercepter ses fraudeurs. Profitant de l'argent de ses pauvres gens.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs