Accueil Société

«On voit désormais de nouveaux visages venir chercher des colis alimentaires»

CPAS, Croix-Rouge, associations voient les demandes d’aides augmenter. Des gens vivant sur le fil et que le confinement a fait basculer.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 9 min

La lumière décroit sur la rue Piret Pauchet, veine étroite perpendiculaire à la gare de Namur. Et dans l’ombre d’une fin d’après-midi d’automne, la cohorte s’allonge peu à peu. Ils sont tous là, masqués, à 1,5 mètre de distance, tirant un cabas à roulettes ou serrant plusieurs sacs de course repliés. « Nous faisons venir les gens sur rendez-vous, douze personnes par demi-heure », explique Laurent Fremal, co-coordinateur de l’association Une main tendue. Les locaux de l’ASBL sont rudimentaires mais fonctionnels. Une dizaine de bénévoles s’y emploient, six jours sur sept, pour préparer les colis alimentaires, tenir l’épicerie sociale et préparer les repas chauds (vendus 2 euros). Covid oblige, les gens viennent chercher leur colis entre 16 h 30 et 19 h 30, afin d’éviter la cohue. « On aide 894 familles, soit environ 3.500 personnes », poursuit-il.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bauduin Dominique, lundi 23 novembre 2020, 8:01

    Le Corona provoque en plus de la mort de personnes fragiles, le basculement dans la misère pour d'autres personnes fragilisées dans la société... Il est temp que l'activité économique reprenne pour donner une chance à ces personnes précarisées ou c'est une troisième vague de misère qui s'annonce.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs