Accueil Société

Coronavirus: les demandes d'aides aux CPAS explosent

La crise sanitaire est aussi économique. Et donc sociale. Des premiers effets sont déjà ressentis, particulièrement par les couches les plus vulnérables de la population. Mais les projections présentées au « Soir » par le SPP Intégration sociale permettent de voir plus loin que la partie émergée de l’iceberg. En janvier 2022, environ 30.000 personnes supplémentaires devraient avoir bénéficié d’un revenu d’intégration sociale. Une explosion planifiée des statistiques, tristement, inédite.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Cette année, environ 15.000 nouvelles personnes devraient avoir bénéficié du revenu d’intégration sociale (RIS ou revenu minimum garanti par le CPAS, accordé à certaines conditions, NDLR), celui auquel on a droit quand on ne dispose de plus rien d’autre. Il s’agit d’une augmentation sur douze mois de près de 10 %. Une progression proche des deux chiffres, c’est très rare, dans l’histoire. Il faut aussi préciser qu’en 2019, nous étions plutôt dans une courbe descendante », détaille Alexandre Lesiw. « Une hausse qui devrait au minimum être dupliquée en 2021. » A titre de comparaison, le taux de croissance attendu (de janvier à janvier), hors covid, était de 3,4 %.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Marlier Jacques, lundi 23 novembre 2020, 12:03

    Savez-vous que les dons faits aux CPAS (minimum 40 euros) sont déductibles dans la même mesure que ceux réalisés au bénéfice d'associations sélectionnées de type Croix-Rouge, Amnesty International, Médecins sans Frontières, Universités, etc? Je rappelle aussi qu'en cette année 2020 particulière, les dons de ce type donnent droit à une déduction de 60% (contre 40% habituellement). Contactez donc dare-dare votre Commune ou son CPAS pour aider vos plus proches concitoyens.

  • Posté par burnotte Michel, lundi 23 novembre 2020, 11:09

    Triste pour ne pas dire dramatique. Malheureusement prévisible dès le premier confinement mais apparemment pas par nos ministres..... ou présidents de partis, restés muets sur le coup.

  • Posté par Visiteur, lundi 23 novembre 2020, 9:22

    Je ne comprends pas.....on ne parle plus de cette allocation universelle qui résoudrait pas mal de problèmes. Pour les "récalcitrants méritocratiques", il faut savoir que c est cela qui couterait le moins cher à la société ( argent et énergie)

  • Posté par Marlier Jacques, lundi 23 novembre 2020, 11:51

    Je suis, moi aussi, en faveur de cette allocation universelle. Et pourtant, comme ses détracteurs, j'ai été un temps choqué à l'idée qu'elle serait donc également distribuée à des gens qui n'en ont nul besoin, mais je commettais là une erreur. La progressivité de l'impôt (encore insuffisante certes mais indéniable) fait que par leurs impôts, les plus aisés rembourseront en fait largement cette allocation (qui ne leur est en effet pas due en quelque sorte). Pourquoi dès lors accepter de leur verser cette allocation, me diront certains? Tout simplement parce que le fait même de son inconditionnalité fait que d'office les pauvres les plus récents la reçoivent également, d'office, sans devoir même la demander et sans devoir dresser tout un dossier complexe de preuves, papiers, témoignages, etc, qui retardent d'autant toute prise en charge. L'allocation n'est pas nécessairement énorme, mais quand on est dans le dénuement, même une aide modeste est considérablement précieuse.

  • Posté par Nica Petre, lundi 23 novembre 2020, 10:10

    En effet et cela permettra en plus de ne plus associer l'aide à 1001 conditions qui rebutent surtout en dehors de la société. Cela permettra aussi de ne plus donner aux CPAS un droit de vie ou de mort comme dans le cas de la coiffeuse pour qui la députée MR a certifie la main sur le cœur que tout a été fait pour que Alysson n'en vienne pas à une solution terminale. Heureusement que ses amis ont réagit au quart de tour pour indiquer les lenteurs administratives coupables dans des cas désespérés. Comme nous sommes à la deuxième vague tout cela aurait du être anticipé, provisionné et encadre avant que les gens ne tombent dans la rue SANS boulot, sans famille et sans maison. Oui le gouvernement est COUPABLE par défaut d'ANTICIPATION, oui le gouvernement est COUPABLE par défaut d'analyse des cas en phase terminale qui ne sont pris dans aucun type d'aide, oui le gouvernement est COUPABLE de sa complexité qui permet de se cacher derrière les AUTRES. Belges réveillez-vous et levez-vous tant que vous aurez encore la force.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs