Accueil Planète Pollution

La qualité de l’air s’est nettement améliorée en Europe lors des dix dernières années (infographies)

La pollution de l’air est la menace environnementale la plus importante pour la santé des Européens.

Temps de lecture: 2 min

La qualité de l’air s’est sensiblement améliorée en Europe lors des dix dernières années mais de très nombreux Européens continuent de mourir prématurément à cause de la pollution, a relevé lundi l’Agence européenne de l’environnement (AEE) dans un rapport.

Décès en baisse

La pollution de l’air est la menace environnementale la plus importante pour la santé des Européens, cause de maladies respiratoires et cardiovasculaires mortelles, a rappelé l’étude.

Sur les dix dernières années étudiées (2009-2018), le nombre de décès dus aux principaux polluants sont pour la plupart en baisse.

Dans l’Europe des 28 (UE et Royaume-Uni), l’AEE note que le nombre de décès liés aux particules fines PM 2,5 (particules en suspension dans l’air dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres) est ainsi passé de 417.000 en 2009 à 379.000 en 2018.

Nombre de décès liés aux particules fines par million d'habitant, en Europe en 2018 - AFP
Nombre de décès liés aux particules fines par million d'habitant, en Europe en 2018 - AFP

Pour le seul dioxyde d’azote (NO2), gaz produit principalement par les véhicules et les centrales thermiques, les décès prématurés ont diminué d’environ 54% au cours de la dernière décennie, passant de 117.000 à 54.000.

Depuis le début des années 2000, les émissions des principaux polluants atmosphériques, notamment les oxydes d’azote (NOx) ont considérablement diminué en Europe, rappelle l’agence basée à Copenhague.

Attention aux particules d’ozone

Un point noir toutefois: pour les particules d’ozone (O3), la tendance est à la hausse avec 19.400 décès prématurés en 2018, soit une hausse de 24% depuis 2009.

«L’amélioration de la qualité de l’air grâce aux politiques de climat et d’environnement est une bonne nouvelle mais toute bonne nouvelle a son revers et on ne peut ignorer que le nombre de morts prématurées est encore beaucoup trop élevé», a souligné le Commissaire européen à l’Environnement, Virginijus Sinkevicius, cité dans le rapport.

En 2018, 34% des habitants en zone urbaine respiraient encore des particules d’ozone supérieures aux standards européens.

Les critères européens sont moins stricts que ceux de l’Organisation mondiale de la santé, selon lesquels 99% des habitants de l’UE respiraient des particules d’ozone supérieures aux recommandations.

Nombre de décès attribués aux particules fines, dioxyde d'azote et ozone, par pays en Europe en 2018 - AFP
Nombre de décès attribués aux particules fines, dioxyde d'azote et ozone, par pays en Europe en 2018 - AFP

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, lundi 23 novembre 2020, 19:00

    Une étude de la VUB en 2019: même avec le mix énergétique le plus carboné d’Europe – celui de la Pologne –, une voiture électrique émet, sur l’ensemble de son cycle de vie, 25 % de moins qu’une voiture thermique. Et avec le mix relativement décarboné de la Belgique, grâce au nucléaire, l’économie se monte à 65 % sur toute la durée de vie du véhicule.

  • Posté par codejon jose, lundi 23 novembre 2020, 19:12

    Vraie , mais en allant polluer ailleurs pour notre confort , en laissent les agriculteurs et éleveurs de bétail proches des extractions ,dans la désespération et la misère , car on les laisse sans eau .

  • Posté par Chalet Alain, lundi 23 novembre 2020, 18:46

    Par souci d'écologie, j'avais l'intention d'acheter une voiture 100% électrique et de la recharger principalement chez moi pendant la nuit. Mais cela devient hasardeux, car, si on ferme les centrales nucléaires, on risque fort de 1) se retrouver sans électricité, ou 2) consommer de l'électricité dont la production émet beaucoup plus de CO2 que si on gardait les centrales nucléaires.

  • Posté par codejon jose, lundi 23 novembre 2020, 18:35

    Bonne nouvelle ,on respire un air plus propre en Europe , mais on pollue dans les autres continents en dévastant des régions entières pour extraire les métaux rares ,nécessaires pour les batteries des nos voitures électriques . C'est d'un cynisme incroyable ,et on en est fier .

  • Posté par Chalet Alain, lundi 23 novembre 2020, 18:49

    Le bilan global fabrication +consommation +recyclage des voitures électriques montre qu'elles polluent moins que les voitures diesel ou essence. Surtout si on utilise de l'électricité verte ou nucléaire.

Plus de commentaires

Aussi en Pollution

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs