Accueil Opinions Éditos

Vaccins: l’horizon se dégage, gardons le bon cap

La perspective de l’arrivée de ces vaccins n’a pour ainsi dire qu’un seul mérite à ce stade : nous permettre d’entrevoir la sortie du tunnel.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Economie Temps de lecture: 3 min

C’est une bataille inédite que se livrent actuellement les groupes pharmaceutiques engagés dans la « course au vaccin ». Une bataille qui, vue du balcon, ne laisse pas d’étonner, évoquant notamment des taux d’efficacité dont les enjeux comme les critères et autres modalités dépassent objectivement les capacités de compréhension de nombre d’entre nous.

Croire, dans ce cadre, qu’il nous sera laissé le choix du « meilleur vaccin », dans la foulée du choix qui nous sera donné de nous faire ou non vacciner, relève de la douce illusion. A cette aune, en effet, on serait tenté de conseiller à AstraZeneca, dont le vaccin ne serait efficace qu’à « 70 % », d’arrêter les frais sans délai, dès lors que certains de ses concurrents proposent quant à eux des efficacités désormais supérieures à « 94 % ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par ... Jacques, mardi 24 novembre 2020, 1:51

    quid des traitements ? Il y en a.

  • Posté par Marlier Jacques, mardi 24 novembre 2020, 23:08

    Jusqu'ici, à quelques rares exceptions près, les traitements antiviraux curatifs ne sont guère efficaces. En revanche, les traitement préventifs que constituent les vaccins sont souvent époustouflants d'efficacité et de bénignité (n'en déplaise à leurs opposants). Rougeole, coqueluche, rubéole, oreillons, poliomyélite, variole sont devenus des maladies presque rares. D'ailleurs, elles sont devenues plus difficiles à diagnostiquer par les jeunes médecins!

  • Posté par Raspe Eric, mardi 24 novembre 2020, 10:53

    Certainement pas l'hydroxychloroquine si c'est ce que vous sous-entendez.

  • Posté par Ask Just, mardi 24 novembre 2020, 9:27

    Oui, il y en a mais qui ne permettent pas encore de suffisamment désengorger les hopitaux. Les corticostéroïdes, les anticoagulants et la supplémentation en oxygène (seuls traitements ayant vraiment fait leurs preuves) réduisent significativement la mortalité. L'idéal serait un traitement limitant la réplication virale dès les premiers symptômes, mais on le cherche toujours. Donc, à ce jour, le vaccin reste la seule option prouvée et sociétalement acceptable pour réduire la circulation virale tout en déconfinant la population.

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs