Accueil Belgique Politique

La dette de la Communauté française pourrait doubler d’ici 2025

La dette francophone est partie dans une spirale infernale. Une situation très préoccupante que personne ne conteste, pas même le ministre Daerden (PS). Au point que la survie de l’institution est en jeu. C’est en tout cas l’avis d’André Antoine dans l’opposition CDH.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 6 min

Un milliard et 175 millions… C’est, aux dernières nouvelles, et avant quelques corrections, le déficit budgétaire brut que présente la Fédération Wallonie-Bruxelles pour son budget 2021. Bonne nouvelle : c’est un milliard de moins qu’en 2020 qui se terminera par un déficit de 2,188 milliards. Mauvaise nouvelle : c’est à peu de chose près deux fois le déficit enregistré en 2019. Des déficits, on l’a compris, qu’il faut combler en recourant à l’emprunt. Ainsi, en 2020, la FWB a sollicité les marchés pour 2,3 milliards. C’est la baisse des recettes (impactées par la crise à hauteur de 1 milliard) et la croissance de dépenses (330 millions pour l’ouverture de fonds d’urgence et de relance) qui sont essentiellement responsables de l’aggravation de la situation. En 2021, et dans les années suivantes, en supposant que la crise du covid nous lâche pour dérouler un tapis rouge à la croissance, les besoins de financement s’élèveront encore à 1,5 milliard/an. Grave ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par curto calogero, mercredi 25 novembre 2020, 17:31

    Il faut se qu'il faut, pour garder le niveau, bravo, Monsieur Dardenne

  • Posté par Bricourt Noela, mercredi 25 novembre 2020, 14:32

    Sans doute des erreurs de décomptes, comme pour le nombre de décès de la covid.

  • Posté par Pire Bernard, mercredi 25 novembre 2020, 8:28

    Le Covid a bon dos... On sait depuis longtemps que ce bric-à-brac communautaire coûte une fortune, que nos hommes politiques sont de lamentables gestionnaires et qu'une région sinistrée économiquement, hormis le Brabant wallon, ne peut être viable qu'à la condition d'être gérée avec rigueur. Ici, on n'a aucune peine à voir les exemples de cette folie des grandeurs : ca va des constructions pharaoniques à la Calatrava jusqu'au népotisme ambiant des cabinets ministériels et intercommunales aux effectifs pléthoriques et aux missions nébuleuses. Le tout avalisé par des électeurs qui s'obstinent à voter pour ces parvenus, fils de et populistes... De toute manière, même s'il y a des ajustements électoraux, le système est fait pour que ces brigands se cooptent entre eux...

  • Posté par cobbaert jean, mercredi 25 novembre 2020, 14:18

    Eh oui, 7 parlements, 55 ministres, 4500 membres de cabinet, 3000 personnalités politiques dans les 200 intercommunales, les gouverneurs et leur staff des provinces... Tout cela est mal géré, pas coordonné avec un gaspillage énorme. Un grand coup de balai est nécessaire dans ce chateau de carte communautaire...

  • Posté par Jean Luc, mercredi 25 novembre 2020, 10:17

    @ Pire Bernard: on ne saurait mieux dire. DU GOUDRON ET DES PLUMES !!!

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Budget: la Vivaldi cherche 3,4 milliards d’euros

Les travaux budgétaires débutent ce vendredi. Les partenaires de la Vivaldi opèrent au départ sur la base d’une feuille de route, défendue par le Premier ministre, évaluant la correction de la trajectoire budgétaire à 3,4 milliards d’euros.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs