Accueil Société

IVG: «Les propositions de loi en attente ne seront pas votées», avertit Joachim Coens

Écolo réclame la reprise des discussions après la publication du nouvel avis du Conseil d’État.

Temps de lecture: 2 min

Le Conseil d’État a publié son nouvel avis concernant la loi dépénalisant et élargissant l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG), a-t-on appris mercredi. L’institution ne formulant qu’une seule remarque d’ordre technique, Ecolo a appelé dès lors à la reprise des travaux parlementaires dans la journée.

« L’accord de gouvernement est clair sur l’avortement », a réagi le président du CD&V Joachim Coens sur Twitter. « D’abord charger une équipe multidisciplinaire d’experts d’évaluer scientifiquement les législations avant de prendre des initiatives législatives par consensus. Ensuite, débattre et chercher un consensus ». « Les propositions de loi en attente ne seront pas votées », a-t-il averti.

Le 15 juillet dernier, les opposants à la proposition de loi socialiste soutenue par des députés libéraux, écologistes, Défi et PTB ont obtenu un troisième renvoi du texte au Conseil d’État. Parmi eux, le CD&V avait rappelé qu’il en faisait une question de gouvernement.

À lire aussi Le programme de la Vivaldi décrypté: réserves et prudence en matière d’éthique

Ce point fut l’un des nœuds à trancher dans la négociation en vue de constituer une coalition Vivaldi. Les sept partis avaient finalement convenu de renvoyer le texte en commission Justice une fois l’avis du Conseil d’État publié.

Au sein de la majorité fédérale, Ecolo a lancé dès lors un appel en ce sens. « Plus rien n’empêche les travaux parlementaires sur le sujet de reprendre, comme le prévoit l’accord de Gouvernement », indiquent les verts dans un communiqué.

À lire aussi Manque de vision, IVG, impôt sur la fortune: les failles de Vivaldi selon l’opposition

« Je me réjouis que le travail puisse reprendre, de manière constructive, au sein du Parlement. De nombreuses femmes restent en attente de progrès et d’une modernisation du cadre juridique sur l’interruption volontaire de grossesse », déclare dans le communiqué la députée Séverine de Laveleye.

Le PS demandera l’inscription de la proposition de loi sur l’avortement en commission de la justice après les travaux budgétaires, soit au début de l’année prochaine, afin que les travaux puissent reprendre en vue de trouver « le plus large consensus possible ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 25 novembre 2020, 17:51

    Prise d'otage par une minorité de calotins bien pensants.

  • Posté par Druide David, mercredi 25 novembre 2020, 18:17

    Par contre ce gouvernement de pacotille avait bien besoin de cette minorité de calotins en vue de sa formation....

  • Posté par Albin S. Carré, mercredi 25 novembre 2020, 17:39

    La ligue des crétins offusqué tout comme le club des coincée du Q ont toujours un important pouvoir de nuisance malgré des siècles de combats souvent sanglants contre l'obscurantisme. Cette désormais minorité veut toujours imposer aux autres les règles qu'ils sont sensés s'imposer officiellement mais qu'ils contournent eux-mêmes hypocritement. La religion, c'est le dogme soit l'exact opposé de la démocratie. Il suffit de de jeter un regard sur les pays de l'est et du sud de l'Europe et bien sûr vers ceux qui ont 622 ans de retard dans le combat pour la liberté.

  • Posté par Dupont Vincienne, mercredi 25 novembre 2020, 19:46

    Bravo, M. Carré.

  • Posté par Christian Radoux, mercredi 25 novembre 2020, 16:44

    On avait parfaitement compris que les calotins avaient obtenu un droit de veto là-dessus. Malgré le très... jésuitique démenti de Paul Magnette. Pour éviter toute méprise, je précise que je ne trouvais pas bonne la proposition de loi d´Éliane Tillieux. Mais les autproclamés "démocrates" chrétiens (remarquez que chaque fois qu'un parti ou un pays s'adjuge ce qualificatif, il a justement de gros différends avec la démocratie) ont toujours imposé leur obscurantisme clérical par tous les moyens. En l'occurrence ici, le Parlement ne peut même pas voter, après déjà trois reports dilatoires. Qu´en pense la désormais présidente Tillieux ?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko