Loi IVG: la majorité fédérale soutient un renvoi du texte en commission

Loi IVG: la majorité fédérale soutient un renvoi du texte en commission
Mathieu GOLINVAUX.

La Chambre a rejeté jeudi la motion déposée par le PTB visant à inscrire la proposition de loi dépénalisant l’avortement à l’ordre du jour de la prochaine séance plénière jeudi prochain. Seul DéFI s’est joint aux communistes, la majorité Vivaldi préférant renvoyer le texte en commission.

En début de séance, le PTB avait déposé cette motion demandant l’inscription de la proposition de loi sur l’avortement à la séance plénière de la semaine prochaine. Celle-ci a été débattue après l’examen des textes prévus à l’ordre du jour

.

« Encommissionner cette loi, c’est tourner le dos aux droits des femmes et tourner le dos à ces 500 femmes qui vont se faire avorter chaque année aux Pays-Bas », a justifié la députée PTB Sofie Merckx.

La motion a été rejetée, seul DéFI se joignant à la demande des communistes. « La loi sur l’IVG est déjà évaluée. Il existe déjà une commission d’évaluation », a rappelé Sophie Rohonyi. « Nul besoin d’encommissionner à nouveau ce dossier », a-t-elle ajouté.

Le chef de groupe PS Ahmed Laaouej a justifié cette intention de la majorité de ne pas approuver cette motion : « Mon groupe prendra l’initiative de poursuivre la réflexion dans une commission parlementaire ». L’objectif de la Vivaldi est d’aboutir à une « solution équilibrée apaisée », a-t-il ajouté.

Le Conseil d’État a rendu son avis sur les amendements déposés au mois de juillet, procédure choisie par les opposants au texte pour reporter une nouvelle fois son examen et son vote en séance plénière de la Chambre. L’accord de gouvernement conclu entre-temps laisse la proposition au parlement mais prévoit la réalisation d’une étude sur la loi qui régit l’interruption volontaire de grossesse par un comité scientifique multidisciplinaire.

La tension était remontée d’un cran mercredi dans la majorité fédérale. Ecolo avait appelé à la reprise des travaux puisque le Conseil d’État avait rendu son avis. Le président du CD&; V, Joachim Coens, avait vertement balayé cette proposition, rappelant les termes de l’accord de gouvernement. « Les propositions de loi en attente ne seront pas votées », avait-il averti.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous