Accueil Société

Coronavirus: politiquement, l’heure d’un premier assouplissement est venue

Au menu du Comité de concertation de ce vendredi : les modalités de réouverture des commerces, la bulle légèrement élargie pour Noël, et un baromètre pour aider les Belges à passer l’hiver.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

D’après l’avis des experts sanitaires, il est trop tôt pour enclencher le «déconfinement». Mais vendredi, ce sont les différents gouvernements du pays qui prendront leurs responsabilités, réunis dès 13 heures dans un Comité de concertation piloté par le Premier Alexander De Croo. Et si personne n’ose pour l’instant prononcer le terme « déconfinement », il y sera bel et bien question de rouvrir une première vanne, celle des commerces non essentiels. Puis de s’entendre sur un petit cadeau de Noël. Voici ce que l’on sait de l’ordre du jour.

1

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Heneffe Jean-marie , vendredi 27 novembre 2020, 11:42

    Dans les commentaires récents sur le sujet, je vois beaucoup d’ukases, de propos schizophrènes, voire d’injures. Pour certains, c’est la faute aux jeanfoutre qui ne respectent pas les consignes sanitaires. On ne peut pourtant pas expliquer ce qui s’est passé sans le facteur important de saisonnalité. Les gestes barrière ne suffisent pas en hiver face au virus qui aime l’aérosolisation dans les environnements froids et confinés, surtout quand nos défenses immunitaires sont moins fortes. Pour d’autres, c’est la faute aux décisions politiques. Il est quand même très compliqué de trouver les justes compromis entre ce qui est nécessaire sur le plan sanitaire et hospitalier, entre l’économie qui doit quand même tourner et entre la santé mentale des gens. La tâche du politique n’est vraiment pas facile et mérite mieux que ces sarcasmes. Je ne parlerai même pas des nihilistes ou des complotistes imbéciles. Échapperons-nous à une troisième vague en fin d’hiver ? Rien n’est moins sûr. Il faut tout faire pour l’éviter ou pour au moins essayer d’en limiter l’ampleur, mais il ne sera pourtant pas possible de rester sous cloche pendant encore de nombreux mois. Les experts sont pratiquement unanimes : ce n’est pas dans les commerces que se trouvent les principaux clusters. Ce qu’ils craignent ce sont les déplacements des gens et c’est de leur donner une fausse impression de relâchement. La réouverture rapide des commerces est indispensable en respectant des protocoles stricts pour éviter la promiscuité dans les centres commerciaux et surtout en les faisant RESPECTER. Plus on tarde et plus il y aura des effets de foule en cette fin d’année.

  • Posté par mauroy charles, vendredi 27 novembre 2020, 5:26

    Puisque le virus met sept jours pour se manifester, que tout le monde porte un masque que les secteurs non essentiels sont fermés depuis un mois...où tous ces gens positifs ont chopés le virus? N'allez surtout pas croire dans les transports en commun bandes d'abrutis. Car TOUS les experts, qui ne les prennent jamais, ont dit qu' il y avait une infime possibilité de contacter le virus dans les transports en commun... Autre détail, quand une personne vient se faire hospitaliser pour une affection du Covid est-ce qu 'on vérifie si tous les contacts familiaux se sont mis en quarantaine, est-ce qu'on en profite pour demander ceux qu'ils ont fréquentés dans les sept jours précédents ?? Non c'est pourtant là une source exacte de renseignements.....Un journaliste pour OSER poser la question....? JE RIGOOOOLLLE

  • Posté par Dupont Vincienne, vendredi 27 novembre 2020, 1:21

    Bande d'irresponsables, ne venez surtout pas pleurer vos larmes de crocodile quand la 3ème vague sera là.

  • Posté par ROSSIGNON Jacques, vendredi 27 novembre 2020, 1:06

    Le métier de coiffeur serait un métier "de contact". Soit. Mais quelle importance puisque le virus se transmet essentiellement par les voies respiratoires ? Et dans les grandes surfaces, n'y a-t-l pas davantage de contacts que chez les coiffeurs ? Les clients choisissent une marchandise pour en lire l'étiquetage, puis ils la reposent dans le rayon parce qu'elle ne leur convient pas; ensuite, ils en saisissent une autre, hésitent encore et la remettent là où ils l'ont prise. Et ce manège se répète à l'envi, laissant peut-être la protéine infectieuse se déposer un peu partout. Alors, est-il si dangereux que cela mon coiffeur ?

  • Posté par Wauters patricia, jeudi 26 novembre 2020, 23:57

    Une troisième vague signera le décès de tous les petits commerces.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs