Accueil Culture Livres

Le bon travail des éditeurs belges

L’humeur de Jean-Claude Vantroyen.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 2 min

Les éditeurs belges peuvent pavoiser. Trois des cinq auteurs nominés pour le Prix Victor Rossel sont publiés en Belgique : Aliénor Debrocq et Juan d’Oultremont chez Onlit, Catherine Barreau chez Weyrich. Seuls deux livres édités en France, ce n’était plus arrivé depuis très longtemps, si ce le fut d’ailleurs : je n’ai pas compulsé les archives du Rossel. Sans briser la confidentialité des délibérations du jury, je peux ajouter que l’on y procède par éliminations successives. Et sur les 22 derniers romans en lice, je peux dire qu’il y en avait quinze édités chez nous. Un record, je crois. Par ailleurs, le Grand Prix du roman de l’Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique a aussi sélectionné ses cinq finalistes, et l’on y trouve de même trois auteurs édités en Belgique : deux qui sont aussi sélectionnés par le Rossel, Catherine Barreau et Juan d’Oultremont, et Sandrine Willems, aux Impressions nouvelles.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs