L'Inde en récession avec une chute de 7,5% du PIB en juillet-septembre

Au premier trimestre (avril-juin), le PIB de l'Inde avait subi un recul historique de 23,9% en glissement annuel.

Le géant d'Asie est le deuxième pays le plus touché au monde par la pandémie de coronavirus en nombre de cas après les Etats-Unis, avec plus de neuf millions de cas.

Même si les chiffres traduisent une amélioration par rapport au premier trimestre de son année budgétaire, l'Inde enregistre au deuxième trimestre l'une des pires performances parmi les grandes économies. Le rebond de la croissance enregistré par ces dernières, y compris aux Etats-Unis, au Japon et en Allemagne, durant le trimestre achevé fin septembre avait laissé espérer que l'Inde puisse aussi compter sur une reprise.

Mais, malgré une hausse des dépenses de consommations liée aux achats en prévision de la saison festive d'octobre-novembre, ces espoirs ont été douchés avec une chute dans des secteurs comme la construction ou l'hôtellerie.

New Delhi tente de relancer son économie, qui devrait reculer de 9,5% durant l'exercice en cours selon les estimations publiées en octobre par la banque centrale.

Le Fonds monétaire international table pour sa part sur une contraction de 10,3%, la plus forte au sein des principales économies émergentes et la pire depuis l'indépendance.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous