Commerces, Horeca, agences de voyage: les réactions après l’annonce de nouvelles mesures

Commerces, Horeca, agences de voyage: les réactions après l’annonce de nouvelles mesures
Belga

La fédération du commerce et des services (Comeos) se réjouit de la réouverture des commerces non-essentiels décidée par le Comité de concertation vendredi. « Ce n’est pas trop tôt. Chaque jour de fermeture représentait une perte de 100 millions d’euros. Je suis heureux que les virologues aient reconnu nos efforts pour permettre aux clients de faire leurs achats en toute sécurité », a commenté le CEO de Comeos, Dominque Michel.

La fédération a toujours martelé que toutes les mesures étaient prises pour garantir la sécurité du personnel et des clients, comme la limitation du nombre de personnes présentes en même temps et l’obligation du port du masque, rappelle-t-elle.

Les agences de voyages veulent un message clair

L’Union Professionnelle des Agences de Voyages (UPAV) demande vendredi aux responsables politiques, à l’approche des vacances de Noël, de « communiquer un message clair à la population quant aux possibilités de voyager sereinement ».

Particulièrement touché par la pandémie et les mesures prises pour freiner la propagation du virus, le secteur du voyage déplore depuis des mois ce qu’il estime être les valses-hésitations des responsables politiques et le manque de clarté des mesures, notamment sur la question des codes couleurs.

Aujourd’hui, c’est sur la question des vacances de sports d’hiver qu’une certaine cacophonie, européenne, se fait entendre.

L’Horeca espère rouvrir mi-janvier

L’horeca a déjà un œil sur 2021. Le plus grand risque à éviter pour le secteur est la troisième vague de coronavirus. Inutile donc de forcer les choses en voulant rouvrir avant la fin de l’année, selon la fédération bruxelloise du secteur.

« Si on rouvrait maintenant et qu’on connaissait une troisième vague, il n’y aurait tout simplement plus d’horeca », résume Philippe Trine, président d’Horeca Bruxelles.

Même si aucune date précise n’a été mentionnée pour l’horeca vendredi soir à l’issue du Comité de concertation, le secteur ne table pas sur une réouverture avant mi-janvier, voire début février. « Traditionnellement, la période de fin d’année n’est pas si bonne pour l’horeca. Pas à Bruxelles en tout cas. Certes, pour les régions touristiques comme Durbuy et la Côte, ce sera la catastrophe, mais dans la capitale, le public ne se précipite plus au restaurant pour célébrer les fêtes de fin d’année. »

Les cinémas et les coiffeurs très déçus

La Fédération des cinémas de Belgique se dit vendredi très déçue de la prolongation de la fermeture des salles jusqu’au moins fin janvier, dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. « Il faut maintenant un soutien spécifique et substantiel pour le secteur des cinémas », estime son secrétaire, Thierry Laermans. « Sinon nous courons à la catastrophe. »

L’Union des coiffeurs belges Coiffure.org ne masque pas sa déception, après les mesures annoncées vendredi dans la foulée d’un nouveau Comité de concertation. Les salons de coiffure ne rouvriront en effet pas dans l’immédiat et pourtant, l’organisation professionnelle est persuadée que les coiffeurs pourraient exercer en toute sécurité.

« Nos coiffeurs ont pris énormément de mesures », souligne le président de Coiffure.org, Jef Vermeulen. « Nous travaillons avec un client à la fois, avec des masques buccaux, du désinfectant et en gardant une distance. Nous aurions pu rouvrir en toute sécurité, c’est donc une grande déception. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous